Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 mai 2014

Nouveautés 2014 de Passage d'encres

COLLECTION TRAIT COURT

Parcours de l’échec, de Jordi Bonells.

passage d'encres,trait court,nordi bonells,guillaume decourt,jean-jacques nuel,daniel pozner,louis-michel de vaulchierDes aphorismes sur les échecs, dont celui-ci : « La bonté n'a rien à voir avec les échecs. Au contraire. C'est la méchanceté qui caractérise ce jeu. Pourtant, j'aimerais jouer une partie avec des coups pleins de bonté et non des coups pleins de méchanceté. »

L’auteur : ancien relieur, ancien Barcelonais, ancien professeur, ancien écrivain, ancien joueur d'échecs, ancien être humain.

42 p. - 978-2-35855-088-

• Diplomatiques, de Guillaume Decourt

« Frapper fort ou bien le plus doucement possible », telle sera la devise, choisie très tôt. D’un déplacement à l’autre, s’installe le paysage dehors-dedans en arrière-plan de ces Diplomatiques. Poésie/Musique, Musique/Poésie, le tempo marquant la scansion. Distanciation ironique. Tendresse aussi là et là. Vertige de la mémoire.

Pianiste classique, Guillaume Decourt vit entre Paris et Athènes. Publications : La Termitière,  Polder 151/Gros Textes, 2011 ; Le Chef-d’œuvre sur la tempe, Le Coudrier, 2013 ; Un ciel soupape,  Sac à Mots, 2013. Il participe également à de nombreuses revues.

32 p. - 978-2-35855-092-5

Le Mouton noir, de Jean-Jacques Nuel

Dans ce recueil de textes courts à la première  personne, l’auteur se livre à autant de vraies que de fausses confidences, mêlées d'humour et d'absurde…

Jean-Jacques Nuel est né à Lyon et y vit. Avant de diriger les éditions Le Pont du change, il a  publié, entre autres, des poèmes, La Revue mode d’emploi (L‘Oie plate, 2006) et se consacre désormais à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits.

36 p. - 978-2-35855-090-21- 5 €

 • / d’un éclair /, de Daniel Pozner

Beaucoup plus,  / d’un éclair — / des fragments.

« Il aurait fallu faire court, mais nous étions loin, déjà, j’aurais préféré, il fallait ronger au hasard, les yeux fermés, diminuer, d’un récit faire une sorte de. Bah. À la ligne. »

Daniel Pozner a notamment publié Trois mots (Le Bleu du ciel, 2013), Le géographe est ailleurs (Passage d’encres, 2010), Pft ! (Le Quartanier, 2009).

44 p. - 978-2-35855-089-5

• Lecture sur le pas, de Louis-Michel de Vaulchier

passage d'encres,trait court,nordi bonells,guillaume decourt,jean-jacques nuel,daniel pozner,louis-michel de vaulchierRien sur ce qui fait qu'un texte est un poème, mais les effets physiques et mentaux que produit sa lecture. Celan, de seuil en seuil : hésiter, s'obstiner, bousculé par « ceux qui entrent, ceux qui sortent », demeurer sur le pas ou le franchir. Secoué, dérangé.

De formation scientifique, Louis-Michel de Vaulchier associe des démarches situées aux voisinages des deux frontières arts/sciences et textes/images. Images fixes (dessins, schémas, photos) dans des livres ou en mouvement dans des vidéos. 36 p. - 978-2-35855-093-2 - 5 €

 

Format 12 x 21 cm. Prix : 5 € + 1,65 € de frais d’envoi pour 1 ex. (France métropolitaine).

Chèques à l’ordre de Passage d’encres.  Moulin de Quilio – F-56310 Guern. passagedencres@wanadoo.fr                                                                                                                                                                               

lundi, 12 mai 2014

Le mouton noir, dossier critique

Mon petit recueil "Le mouton noir", paru aux éditions Passage d'encres, collection Trait court, a recueilli plusieurs articles critiques :

Un article de Jean-Pierre Longre sur son blog Notes et chroniques.

Un article de Jean-Paul Gavard-Perret sur Salon littéraire.

Un article de Roland Thévenet sur son blog SOLKO.

*

le mouton noir,passage d'encres,critiquesRappelons l'entretien mené par Christian Cottet-Emard à l'occasion de la sortie du recueil, sur mon projet global de textes courts.

 

mardi, 08 avril 2014

Le mouton noir

Nuel-moutonnoir.jpgVient de paraître chez Passage d’encres, dans la collection Trait court :

Le mouton noir,

une plaquette regroupant 16 textes courts.

Ce recueil est dans la veine de Courts métrages (Le Pont du Change, 2013), de Lettres de cachet (Asphodèle, collection Confettis, 2013) et de Modèles réduits (Microbe, 2013) : il fait partie de l’ensemble Contresens, contenant plusieurs centaines de textes, dont je parlerai prochainement dans un entretien avec Christian Cottet-Emard.

Le mouton noir, qui ne comprend que des textes à la première personne, est un recueil plus intime et personnel, où je me livre à autant de vraies que de fausses confidences, mêlées d'humour et d'absurde.

Un extrait :

JOURS DE MARCHÉ

La coopérative des petits producteurs de la Corrèze m’avait délivré une carte d’adhérent : elle portait, je m’en souviens encore, le numéro dix-neuf. Chaque lundi matin, par tous les temps, j’allais tenir mon étal de livres sur le marché local. De la vieille fourgonnette à la carrosserie piquée de rouille, je sortais les deux tréteaux, la grande planche de bois brut, la chaise pliante et ma marchandise. Au milieu des vendeurs de saucissons, de pâtés de sanglier, de vin paillé, de fromages, de miel et de moutarde, qui criaient pour attirer le chaland, je disposais mes plaquettes de littérature et mes cartes-poèmes en petits tas bien droits ; j’exposais des tirages de tête ornés de gravures originales. Les clients étaient rares. Au plus fort de l’hiver, mes livres et moi frissonnions dans le vent glacial. Mes maigres recettes étaient heureusement complétées par la vente annexe de bouteilles d’eau-de-vie, sur lesquelles j’avais une marge de trente-trois pour cent. L’alcool était en fait ma principale source de revenus ; sans cette denrée, je n’aurais jamais pu tenir financièrement durant ces longues années à la campagne.

 

Le mouton noir, 32 pages, 12 x 21 cm, 5 € (+ 1,65 € de port pour un ex). Règlement à l’ordre de Passage d’encres.

Passage d'encres, Moulin de Quilio, 56310 Guern.

BON DE COMMANDE

 

mercredi, 29 janvier 2014

Le dernier numéro de Passage d'encres

passage d'encres,hubert lucot,christiane tricoitDans un édito intitulé Bouclage, Christiane Tricoit nous informe que la revue Passage d’encres s’arrête avec le numéro 04 (de la série II), du moins sous sa forme papier. Mais les éditions continuent. Plus d’un millier d’auteurs et d’artistes ont été publiés depuis janvier 1996 sous cette enseigne, qui compte une cinquantaine de numéros de revue parus, des ouvrages, des estampes et œuvres originales éditées.

Ce numéro final contient des extraits d’un beau et émouvant journal d’Hubert Lucot, Deuil, tenu après la mort de son épouse. « Ce n’est pas l’absence d’A.M. que je ressens mais son silence, comme si elle parlait ailleurs. Elle m’a quitté pour un autre : le néant. » « Parfois, son absence est concrète : dans l’embrasure d’une fenêtre où elle soignait ses plantes. » Lucot livre aussi une série de collages, avec un commentaire de Daniel Pozner. Ouverte et diverse, la revue accueille des voix très différentes, comme Sylvie Reymond-Lépine, Gérard Cartier, Katia Roessel, Patrick Le Divenah, Michel Le Brigand, Christophe Stolowicki, Elisabeth Boëlle, Jacques Demarcq, Jean-Claude Monteil, Gérard Prémel (qui évoque la mémoire de Jean Sénac) et des dessins et photos de Geneviève Lassus, Claire Nicole, Amy Love, Andoche Praudel, Elina Achéron, Louis-Michel de Vaulchier, Oscar Yana, et Christiane Tricoit dont les talents de directrice de publication ne doivent pas éclipser ceux de la photographe. La revue sera restée jusqu’au bout fidèle à sa ligne : l’alliance et le dialogue de l’art et de l’écrit, la défense de l’éducation et de la culture « en ces temps de grande barbarie ».

Passage d’encres a également publié récemment :

- Nathalie Kremer, Diderot devant Kandinsky, Pour une lecture anachronique de la critique d’art, collection Trace(s).

- La Chambre du rêve, de Bruno Cany, collection Trait court.

- Le numéro # 03 de la revue, intitulé Transitions.

Revue Passage d’encres, série II. # 04 Décalages : Hubert Lucot / Décollages

Moulin de Quilio, 56310 Guern. 20 €.

http://www.inks-passagedencres.fr

 

vendredi, 28 juin 2013

N, de Philippe Jaffeux

n-l-enieme-de-philippe-jaffeux.jpgPhilippe Jaffeux est l’auteur d’un vaste projet intitulé ALPHABET, dont de nombreux extraits sont déjà parus en revues, composé de 390 pages divisées en 15 lettres de 26 pages.

Les éditions Passage d’encres viennent de publier N. « La lettre N, intitulée « l’énième », est composée de 26 carrés de 14 cm (et donc d’une superficie de 196 cm2). Chaque carré contient 26 phrases, 33 lignes et 32 interlignes ainsi que 196 lettres n dont chacune des apparitions est décalée. La ponctuation progressive consiste à mettre en exposant la dernière lettre des 26 phrases de la page A jusqu’aux 26 dernières lettres des 26 phrases de la page Z. La pagination élève chaque lettre de l’alphabet à la puissance n. La lettre n disparaît sur la dernière phrase avant de réapparaître dans un mot final qui annonce la lettre O. »

Un premier livre de Jaffeux était paru à l’Atelier de l’agneau, collection Architextes : O L'AN /. Il présentait 26 dessins de cédéroms d’un diamètre de 12 centimètres, chaque dessin contenant 15 phrases exposant un mot de 15 lettres orthographié avec deux O.

On le voit, on est dans le domaine de la contrainte créatrice, d’un texte construit avec des formes et des mesures, qui veut se rapprocher d’une poésie concrète, oulipienne, visuelle et numérique. Jaffeux conduit une expérience. Même si l’on s’interroge sur la lisibilité de l’œuvre qui se veut une machine littéraire, on ne peut qu’être impressionné par l’ambition et la radicalité du projet, la cohérence et la rigueur apportée à sa réalisation.

Le site de l’auteur : www.philippejaffeux.com

 

N, de Philippe Jaffeux. 14 €. Passage d’encres, Moulin de Quilio, 56310 Guern.

 

mardi, 18 juin 2013

Passage d'encres II, 2

passage d'encres,christiane tricoitDeuxième numéro de la série II de la revue d’art et de littérature Passage d’encres, dirigée par Christiane Tricoit depuis de nombreuses années, cette récente livraison, intitulée D’insolites jardins, séduit par sa mise en page, son format original, ses illustrations, la qualité de ses textes. Sur le jardin, thème de ce numéro, se succèdent des variations en vers ou en prose de nombreux auteurs, notamment Gérard Prémel, Philippe Jaffeux, Claude Maillard (le jardin Z de la Relige, un beau texte magnifiquement mis en page et illustré), Guillaume Decourt, Yves Boudier, Daniel Pozner, Sylvie Reymond-Lépine, Christiane Tricoit. Philippe Clerc nous livre des extraits de OX. La dominante de Passage d’encres : une poésie moderne et de recherche mais constamment lisible.

Ce numéro contient aussi un dossier abondamment illustré : « Le regard de Simone Prouvé ». Simone Prouvé fait des photos parallèlement au tissage (création de tissus d’ameublement et de tapisseries) depuis l'âge de 20 ans. Elle photographie avec son Leica des lieux insolites – usines désaffectées, arbres morts, jardins ouvriers, cabanes, hangars, tôles, épouvantails… pour en faire des compositions aux allures de tableaux abstraits.

Signalons que la revue prolonge son activité par une maison d’édition, proposant de petits recueils dans sa collection Trait court. On peut y lire Andoche Praudel, Philippe Clerc, Hubert Lucot, Michelle Labbé…

Passage d’encres, Moulin de Quilio, 56310 Guern. 20 €. Abonnement 40 €.

www.inks-passagedencres.fr

jeudi, 21 juin 2012

Transversale scandinave

passage d'encres,revue littéraire, piet linckenLa superbe revue Passage d’encres consacre son 44e numéro (octobre 2011) à la littérature scandinave. Piet Lincken est à la fois l’artiste invité et le coordonnateur de ce numéro. Belge d’origine franco-suédoise, né à Caen en 1969, poète, dramaturge, nouvelliste, compositeur, musicien, plasticien, traducteur de la littérature de langue suédoise et norvégienne, Lincken mène un travail protéiforme et nous livre ici des photos, des peintures, des poèmes et un monologue théâtral. Au seuil de ce panorama nordique, il s’interroge sur la spécificité de cette littérature qui n’a pas d’unité géographique ni linguistique, composée de langues si différentes, et voit la caractéristique de la Scandinavie dans la « relation à l’espace, un espace de nature, une relation à la nature, et donc une relation de Soi, solitaire, à  l’environnement, et par extension du Je au Ils, du Moi à la société. » L’anthologie, entrecoupée d’entretiens et d’études, propose des textes en version souvent bilingue de Tomas Tranströmer (prix Nobel), Tone Aanderaa, Le Näck, Selma Lagerlöf, Lucien Nosloj, Lina Ekdahl. Dans un entretien avec Anny Romand, Gao Xingjian, prix Nobel de littérature, très attiré par la littérature nordique, voit une grande proximité entre son œuvre picturale et les paysages suédois : « Les photos que j’ai faites en Suède sont assez proches de mes tableaux. Cette grisaille, la neige, le ciel gris, le blanc tout autour. Et pas beaucoup de monde… » Il déplore dans notre monde contemporain l’invasion du bruit, de l’excès d’informations qui nous empêche de penser. « Le dialogue de la nature et de la solitude est indispensable dans la vie humaine. »

Enrichie de reproductions d’œuvres, la revue, dirigée par Christiane Tricoit, connaît aujourd’hui un prolongement sur internet, avec le site INKS.

 

Passage d’encres, 16 rue de Paris, 93230 Romainville.22 €.

www.inks-passagedencres.fr