Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 juin 2019

Chroniques du Chat Noir, de Léon Bloy

Vient de paraître :

Chroniques du Chat Noir

de Léon Bloy

aux éditions Le Pont du Change.

(édition établie et présentée par Jean-Jacques Nuel)

 

Bloy-chroniques-couv2.jpg« S'il y eut jamais quelque chose de déshonoré, de méprisé, de croupissant, de pollué et de défoncé, c'est assurément le journalisme contemporain. Les bourgeois eux-mêmes, ces pourceaux augustes, commencent à ne plus vouloir de cette ordure pour leur dessert. Le talent qui n'a pourtant pas d'autre exutoire immédiat que ce cloaque du chantage et de la réclame est forcé de la traverser à la nage et s'y enlise neuf fois sur dix. »

Les treize chroniques rassemblées dans ce recueil sont extraites du livre Propos d'un entrepreneur de démolitions que Léon Bloy publia chez Stock en 1884. Ces articles avaient été d'abord publiés dans la revue Le Chat Noir, à laquelle Bloy collabora près de deux ans.

Un ouvrage 11 x 18 cm, 112 pages, 13 €.

 

En vente sur le site des éditions Le Pont du Change

Il peut être aussi commandé chez votre libraire habituel

ou sur Amazon.

Version ebook disponible.

*

 

Introduction, par Jean-Jacques Nuel

 

Les chroniques rassemblées dans ce recueil sont extraites du livre Propos d’un entrepreneur de démolitions que Léon Bloy publia chez Stock en 1884. La plupart de ces articles avaient été d’abord publiés dans la revue le Chat Noir, d’où le titre retenu pour la présente sélection.

Les éditions Le Pont du Change n'ont pas souhaité rééditer l'ouvrage original dans son intégralité, car il est très hétérogène, parfois d’inégal intérêt, ou trop lié à l’actualité de son temps. Au reste, Léon Bloy lui-même nous aurait peut-être donné l’absolution pour cette décision de ne publier qu’un choix de ses textes, lui qui désavoua devant son ami Charles Bisson ses Propos d’un entrepreneur de démolitions en déclarant  : « C’est mal fichu ; je me démolis moi-même. » (rapporté par François Bisson, in Cahiers de l’Herne Léon Bloy, 1988).

Le Chat Noir, auquel Bloy collabora près de deux ans, était la revue du célèbre cabaret créé par Rodolphe Salis, établissement immortalisé par les affiches de Steinlen, fréquenté par Toulouse Lautrec et de nombreux artistes de l'époque. Bloy doit à Salis les débuts de sa notoriété et lui en voue une immense reconnaissance : « J'étais dans l'obscurité, dans une crotte infinie, dans le néant. Tu m'as ramassé, essuyé, réconforté et me voilà quasi célèbre. Quelle que soit ma destinée d'écrivain, je n'oublierai pas que tu as été le généreux et le vaillant qui m'a ouvert la porte que tout le monde jetait à la figure du vagabond famélique, avec le fracas de l'épouvante ou le grincement du dédain. »

L’intérêt majeur de ces chroniques, outre le style polémique et flamboyant de Bloy, auteur injustement victime d'une « conspiration du silence » qui dura un siècle, est de nous donner sa vision, développée ailleurs dans Le Pal, du journalisme de la fin du XIXe siècle. « S'il y eut jamais quelque chose de déshonoré, de méprisé, de croupissant, de pollué et de défoncé, c'est assurément le journalisme contemporain. Les bourgeois eux-mêmes, ces pourceaux augustes, commencent à ne plus vouloir de cette ordure pour leur dessert. Le talent qui n'a pourtant pas d'autre exutoire immédiat que ce cloaque du chantage et de la réclame est forcé de la traverser à la nage et s'y enlise neuf fois sur dix. »

Le journalisme, tel qu'on le conçoit ordinairement, ne lui est pas possible. « Pour devenir l'ouvrier d'une besogne quelconque, il faut d'abord ne pas la mépriser et je méprise le journalisme de M. Sarcey, par exemple, ou du citoyen Jules Vallès à un point tel que je compte sur ce mépris pour me sanctifier. » Ce que Bloy apprécie au Chat Noir, c'est un espace de liberté absolue, où il peut écrire et publier ce qu'il veut. «  Le Chat Noir est actuellement le seul journal où la vérité crue et complète puisse être dite sur les puissants Burgraves de lettres qui font tout fléchir et devant qui se prosterne avec tremblement cette lécheuse de pieds putrides qui s'appelle la Presse française. »

 

Ces chroniques nous renseignent aussi sur la conception bloyenne de la critique littéraire, exercice d'adoration (Barbey d'Aurevilly, Eugène Grasset) ou, le plus souvent, de détestation – occasion de dénoncer « une ordure littéraire de plus ; un de ces pleutres et faciles ouvrages, fientés à cœur de journée dans la gueule ouverte du badaud contemporain ». Le critique est un juge, et Bloy reproche à Sainte Beuve, considéré comme le plus grand critique de son temps, de n'avoir jamais jugé rien ni personne, se contentant de la surface des choses. « Je ne sais pas une plus sotte manière de montrer un livre que de le feuilleter dans le vent de paroles d'un compte rendu. » La véritable critique est « cette magnifique ambition d'entrer dans les âmes, - comme Empédocle se précipita dans son volcan, - pour les explorer dans leurs plus incandescentes profondeurs, au hasard d'en être consumé. »

Au Chat Noir, Bloy peut un temps se livrer à des « massacres littéraires » : « Le réel, c'est de trouver des épithètes homicides, des métaphores assommantes, des incidentes à couper et triangulaires. Il faut inventer des catachrèses qui empalent, des métonymies qui grillent les pieds, des synecdoques qui arrachent les ongles, des ironies qui déchirent les sinuosités du râble, des litotes qui écorchent vif, des périphrases qui émasculent et des hyperboles de plomb fondu. Surtout, il ne faut pas que la mort soit douce. » Mais Émile Goudeau, le rédacteur en chef, se désolidarise bientôt de ce collaborateur trop excessif.

On imagine Bloy, catholique virulent, dans ce milieu d'artistes souvent athées, tous rassemblés par la seule haine du bourgeois ; la cohabitation devait être difficile. « Pour moi, catholique, qui ai le cynisme et l'intolérance de ma foi, je consens volontiers à écrire dans les milieux les moins favorables. Il m'est égal de panacher dans la plus éclectique des rédactions, et je ne m'offense nullement des promiscuités les plus hétéroclites. On peut être athée et même socialiste à côté de moi sans que je me fâche, à condition, toutefois, qu'on ne me tripote pas. » La collaboration fut de courte durée et il se fâcha avec les responsables du Chat Noir, comme avec ceux d'autres périodiques.

Au fil de ses chroniques, Bloy dénonce un monde où le médiocre est devenu la norme, une norme répandue et imposée par le journalisme et la réclame. Le beau, le vrai, le génie sont rabaissés, nivelés. « Persécuteur de soi-même, persécuteur du genre humain, persécuteur de Dieu », Bloy l'irrécupérable, par son goût sans partage de la vérité, par son intransigeance, est le meilleur antidote au tiède climat de notre époque actuelle où la parole, à force d'être mesurée, calibrée, policée, en est venue à ne plus rien signifier.

 

mardi, 20 novembre 2018

Belgique, terre d'aphorismes

delhalle,belgique terre d'aphorismes,cactus inébranlableLes éditions Cactus Inébranlable, spécialisées dans l'humour – le plus souvent corrosif – publient une anthologie qui fera date : Belgique, terre d'aphorismes.

L'aphorisme, comme l'indique le responsable de l'anthologie Michel Delhalle, remonte à l'antiquité avec Hippocrate. Il a connu ses lettres de noblesse. Pour moi, l'un des plus forts jamais écrits (et qui est à l'égal des plus beaux vers) est celui de La Rochefoucauld : « Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement ». Ce genre littéraire porte des noms divers, on parlera des inscriptions de Scutenaire, des réflexions de Max Laire, des décoctions d'Achille Chavée, des contre-verbes de Marcel Mariën. Mais leurs auteurs sont tous des magiciens du langage, des orfèvres de la forme courte : comme le précise André Stas, « écrire court ne veut pas dire écrire vite ».

Les auteurs retenus sont classés par ordre alphabétique, avec une brève présentation et une bibliographie permettant de poursuivre notre découverte de leurs oeuvres. Dans un parti-pris égalitaire, ils occupent tous la même surface : une page avec 8 aphorismes au maximum. Delhalle a fixé ses règles dans cette anthologie qu'il affirme « subjective ».

On retrouve des pointures : Sternberg, Chavée, Scutenaire, Devos, Verheggen, Stas... et plus de 300 auteurs « inconnus au bataillon de la littérature reconnue par les Académies ». Une mine de brèves à explorer, à déguster.

Une préface de Christine Béchet, une postface de l'éditeur Jean-Philippe Querton, quelques définitions, un bref historique complètent ce panorama de la forme courte.

Au terme de cette passionnante anthologie, une question reste sans réponse : pourquoi la Belgique est-elle la terre d'élection de l'aphorisme ?

 

Belgique, terre d'aphorismes, de Michel Delhalle, Cactus Inébranlable éditions, 17 €.

http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com/pages/ach...

 

 

mercredi, 07 mars 2018

La malédiction de l'Hôtel-Dieu (3e extrait)

Après avoir reproduit un premier extrait de ce polar lyonnais, puis un deuxième, je livre ici le troisième et dernier extrait de La Malédiction de l'Hôtel-Dieu.

 

Chapitre 26

(Le détective privé Brice Noval, qui a vainement traqué dans la matinée un suspect du nom de Maurice Scève. a rendez-vous avec Jean Soulary, chef de cabinet du préfet. )

 

Nuel_maledictionhoteldieu.jpgComme j’arrivais devant le bureau de Soulary, sa secrétaire Natacha en sortit, une pile de parapheurs sur les bras.

- Je sais que vous avez rendez-vous avec monsieur Soulary, me dit-elle en assistante bien organisée. Il va vous recevoir dans quelques instants. Il est en ligne avec la directrice de cabinet.

Devinant l’inconfort dans lequel le plongeaient les appels de sa hiérarchie, je décidai de le laisser tranquillement achever sa communication téléphonique et me mis à faire les cent pas dans le couloir. Je regardais négligemment les quelques reproductions d’œuvres d’art accrochées aux murs lorsque j’aperçus, près du comptoir des huissiers… Scève ! Comme il avait troqué son habit Renaissance ou sa tenue décontractée pour un costume strict de ville, et que la préfecture était le dernier lieu où j’aurais imaginé le croiser, je mis quelques secondes à me persuader que c’était lui, avant de m’élancer à sa poursuite.

Le bougre ne m’avait pas attendu et, détalant à toute allure, s’était engouffré dans une porte ouverte située à côté de la machine à café. Cette ouverture donnait sur un escalier de service en colimaçon descendant au sous-sol. Lorsque je parvins en bas, dans un large couloir mal éclairé, aucune trace de Scève. Était-il parti sur la gauche, ou sur la droite où, quelques mètres plus loin, un nouveau couloir partait à angle droit sur la gauche ? Je choisis cette dernière direction et la suivis quelques minutes sans apercevoir mon homme ; à force de tourner au hasard dans ce réseau inextricable et sombre, de revenir sur mes pas, de repartir dans l’autre sens, je me retrouvai complètement perdu.

Sous la surface du sol évoluait tout un peuple des profondeurs, agents d’entretien, femmes de ménage et hommes d’équipe chargés de l’intendance et de l’entretien de la préfecture, dans un dédale de corridors et de caves sans fenêtre ni lucarne, un labyrinthe où régnaient une odeur de renfermé et une pénombre dignes des cachots ou des culs-de-basse-fosse. Ces lieux secrets n’étant pas ouverts au public, aucune signalétique n’avait été mise en place. J’avais l’impression d’être tombé dans une cité souterraine et insoupçonnée, une taupinière à échelle humaine.

Passant devant un local de menuiserie, j’avisai un agent dont la combinaison verte portait sur le dos la mention « Service Intérieur » ; il était occupé à raboter des planches. Je lui demandai la sortie. Après avoir maugréé « C’est compliqué à expliquer », il eut l’amabilité de me guider jusqu’à l’escalier qui montait au bureau des huissiers.

J’étais heureux de retrouver la lumière du jour entrant par les hautes fenêtres du rez-de-chaussée. Combien de temps étais-je resté au royaume des ombres ? J’en avais perdu la notion de l’heure.

Natacha venait vers moi. Elle semblait contrariée.

- Vous n’avez pas vu monsieur Soulary ? Il vous cherchait. Un huissier lui a dit que vous étiez descendu au sous-sol et il est parti vous rejoindre.

Soucieuse, elle était dévouée à son chef comme elle l’avait été avec les précédents titulaires du poste. Les chefs passent, les secrétaires restent, assurant la continuité du service.

- Non, je n’ai vu personne, lui répondis-je.

Je n’allais pas dire à la ronde que je poursuivais dans les bas-fonds de l’Hôtel du département l’un des principaux suspects de l’affaire de l’Hôtel-Dieu et que j’avais été lamentablement semé.

À ce moment, deux hommes du service intérieur en combinaison verte apparurent par la porte de l’escalier de service. Ils remontaient Soulary : l’un le tenait par les jambes, l’autre sous les bras. Ils posèrent le corps sur un tapis.

Le chef de cabinet était immobile et sans connaissance. Il avait une vilaine plaie sanglante sur le côté gauche du crâne.

Natacha était bouleversée. Deux huissiers nous avaient rejoints. L’un d’entre eux s’agenouilla et mit sa tête sur la poitrine de Soulary.

- Il respire encore, annonça-t-il.

Le premier homme d’équipe fit son rapport.

- On l’a trouvé vers la réserve du menuisier, dans le coin le plus sombre du couloir. Il a été assommé avec une planche. Un de mes collègues a vu s’enfuir l’agresseur. On a prévenu le poste de police.

- C’est notre ancien chef, dit le second à mon intention. Monsieur Soulary était chef du SML.

- Service des Moyens et de la Logistique, précisa-t-il pour le non-initié que j’étais.

(Je décryptai mentalement cet intitulé bizarre : Soulary devait alors s’occuper du personnel, du budget de la préfecture, des locaux, des mobiliers et des matériels. Il avait donc autorité sur le service intérieur.)

Je notai que le chef de cabinet portait un costume gris très semblable au mien. Il était de ma taille, à peine moins corpulent que moi, pareillement dégarni au sommet du crâne… pas de doute, dans le coin le plus sombre du couloir, et le voyant de dos, l’agresseur qui ne pouvait être autre que Maurice Scève l’avait estourbi en le prenant pour moi !

Soulary avait ouvert les yeux et regardait autour de lui d’un air perdu. Il se mit sur son séant, se massa la tête et tenta de se remettre sur pied. Son corps retomba sur le tapis.

- Ne bougez pas, monsieur Soulary, dit Natacha d’un ton maternel. On vient d’appeler un médecin.

Elle avait sorti un mouchoir de sa poche et tentait d’éponger le sang qui coulait sur le front de son chef.

- Ça va aller, parvint-il à dire. Et j’ai rendez-vous avec monsieur, ajouta-il en me désignant.

- Vous feriez mieux de vous reposer, lui conseillai-je. Je peux revenir à un autre moment.

Mais il ne voulut rien entendre et, se tenant aux murs, il regagna son bureau, m’entraînant dans son sillage.

 

*

Pour se procurer le livre.

 

lundi, 29 janvier 2018

La malédiction de l'Hôtel-Dieu (2e extrait)

Après avoir reproduit le premier chapitre de ce polar lyonnais dans une note précédente, je livre ici un 2e extrait (chapitre 18).

 

Nuel_maledictionhoteldieu.jpg(Le détective privé Brice Noval accompagne le maire Gaspard Loison, avec son directeur de cabinet Marchini, pour l'inauguration du Conseil régional. Le dispositif de sécurité a été renforcé autour du maire, qui fait l'objet de menaces de mort.)

 

Loison avait tenu à ce que je l’accompagne pendant son trajet en voiture de la mairie jusqu’au Conseil régional. Son directeur de cabinet m’avait prévenu par téléphone que le maire aurait une proposition à me faire. Sans autre précision. Je les rejoignis donc dans la cour de l’Hôtel de ville au matin du lundi 25 avril. Le soleil brillait dans un ciel sans nuage. Marchini voulut y voir un bon présage.

Loison m’invita à monter à l’arrière de la Peugeot 508 et s’installa entre moi et son directeur de cabinet. Le chauffeur et un agent de sécurité prenaient place à l’avant.

- Voyez-vous, Brice Noval, commença le maire, je ne me laisserai pas impressionner. La vie doit continuer. Et la ville a besoin de moi.

Si à l’entendre la ville avait besoin de lui, je me dis que lui avait encore plus besoin de la ville. Il l’avait servie, mais s’était servi d’elle.

- Je ne changerai pas mes habitudes d’un iota. C’est la meilleure réponse à la terreur que ce malade cherche à provoquer.

Derrière le discours de façade, je ne le sentais pas aussi rassuré qu’il voulait le paraître. Il avait besoin de protection, et j’étais l’une des pièces de son arsenal défensif. En quelque sorte, il m’avait recruté comme garde du corps. Certes, cela me faisait une drôle d’impression de devenir l’allié objectif d’un homme que j’avais combattu, en tentant d’arrêter les exécuteurs de la malédiction. Mais si depuis mes débuts dans la profession j’avais dû trier mes clients sur leurs qualités humaines et ne retenir que des personnes honnêtes, probes et sympathiques, je n’aurais pas traité beaucoup d’affaires.

La voiture avait rejoint le quai du Rhône et suivait le sens du fleuve vers le confluent. Le maire parlait sans me regarder, mais son discours ne s’adressait qu’à moi, les autres n’étant que des comparses.

- On me reproche d’avoir des projets ambitieux pour Lyon, de construire, de bâtir. Mais pour construire, il faut d’abord détruire. Démolir une partie de l’ancien pour édifier du nouveau. Je vais de l’avant, je regarde l’avenir, en tout cas. Mes ennemis critiquent tout, et ne sont animés que par l’envie, l’amertume et le dénigrement. Prenez garde, Brice Noval, de ne pas finir comme ces vieux conservateurs. Vous valez mieux.

Si je comprenais bien, Loison me jugeait réactionnaire. Mais ce terme péjoratif était pour moi un titre de gloire. Comment ne pas être en réaction contre un monde qui ne tourne pas rond ?

- Vous êtes un homme de valeur, reprit Loison, et je voulais vous faire une proposition. Que diriez-vous de vous présenter sur ma liste aux prochaines élections municipales (en position éligible, bien sûr), et de devenir mon futur adjoint à la culture ? Je sais que le patrimoine, l’art, le théâtre, la littérature comptent beaucoup pour vous.

Adjoint à la culture ? J’eus une pensée émue pour André Mure, un journaliste lyonnais et fin connaisseur de notre gastronomie, mort en 2007, que j’avais souvent rencontré et apprécié. Il avait occupé ce poste avec brio sous un autre maire. Mais il était hors de question pour moi de travailler avec ce lascar de Loison. Proposer une place – y compris à ses adversaires, en vertu du principe qu’il vaut mieux les avoir avec soi que contre soi – était sa manière d’acheter les gens. Il ne le faisait pas avec de l’argent, ne détournant pas apparemment de fonds publics, mais en distribuant des miettes de pouvoir. Il savait vous rendre dépendant et redevable.

Je ne lui fis pas cependant part de mon refus sur le champ, lui répondant seulement qu’il me faudrait réfléchir à son offre. Le lieu et le moment étaient mal choisis pour en parler.

- Oui, nous en reparlerons, mon cher Noval. Et puisque nous en sommes sur ce chapitre de la culture, avez-vous eu le temps d’aller au spectacle ces derniers jours ?

Je lui racontai ma soirée au Théâtre de poche de la rue du Bœuf. J’imaginai que le maire pouvait être intéressé par Maurice Scève à double titre. C’était d’abord un Lyonnais célèbre, un génie de la littérature. Sur la fresque des Lyonnais, peinte sur un mur du quai Saint Vincent, il est représenté, papier et plume en mains, en compagnie de Louise Labé. Et les Scève avaient exercé au seizième siècle des fonctions municipales : le père du poète avait été échevin et juge mage ; le poète lui-même avait réglé les festivités somptueuses lors de l’entrée royale de Henri II et de Catherine de Médicis à Lyon en 1548, ainsi que les fêtes données précédemment lorsque François Ier était passé dans notre ville. Mais le maire m’écoutait d’une oreille distraite, il s’intéressait probablement moins au passé qu’à l’avenir. Et je le sentais surtout inquiet du présent.

 

Nous étions arrivés cours Charlemagne. Une cohorte d’officiels et de journalistes encadrés par des policiers se tenait devant l’entrée du Conseil régional. Les curieux étaient aussi nombreux, massés derrière des barrières métalliques ; maintenant que la menace pesait directement sur le maire, chacune de ses rares sorties devenait une sorte d’attraction à haut risque.

Alors que nous descendions tous de voiture, je remarquai un fourgon blanc décoré d’un logo bleu, garé de l’autre côté de la voie ; sa porte arrière s’ouvrit, et un homme revêtu d’une combinaison blanche de peintre en sortit, nous tournant le dos. Soudain il se retourna et je vis briller dans le soleil une mitraillette. Je n’eus que le temps de saisir Loison par les épaules et de le plaquer au sol tandis que retentissaient les détonations en rafale.

J’entendis un claquement de portière, un véhicule qui démarrait dans un rugissement de moteur et un crissement de pneus, une clameur nous recouvrir. Alors seulement je ressentis une douleur cuisante à la main droite : j’avais dû me fouler le pouce en me jetant à terre.

On se précipita sur nous pour nous relever. Loison était choqué mais sain et sauf. Son directeur de cabinet n’avait pas eu autant de chance. L’ancien sous-préfet gisait immobile sur le trottoir, dans une flaque de sang, le corps criblé de balles. Christian Marchini ne connaîtrait plus le moindre avancement.

Il s’était mis en disponibilité pour l’éternité.

L’agent de sécurité, touché lui aussi par la rafale et tombé à terre, respirait encore. On le transporta aussitôt à l’hôpital avec d’autres personnes plus légèrement blessés. Les policiers fébriles déployèrent un périmètre de sécurité sur toute la zone. J’entendis un officiel annoncer à la meute des journalistes que la cérémonie d’inauguration était annulée.

 

 

Pour se procurer le livre

 

samedi, 13 janvier 2018

La malédiction de l'Hôtel-Dieu

Après deux années sans publication, je verrai paraître deux de mes ouvrages en 2018.

En juin sortira "Journal d'un mégalo" (aux éditions belges Cactus Inébranlable), un recueil d'aphorismes humoristiques dont certains avaient été publiés dans le magazine Fluide Glacial.

cover4.jpgEn attendant, vient de paraître "La malédiction de l'Hôtel-Dieu", un polar qui se passe à Lyon, entre la mairie et la préfecture, dans le cadre du projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu. Un projet qui vise à transformer ce qui fut à l'origine un hôpital des pauvres en hôtel pour les riches.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers la page de présentation et de vente de l'ouvrage :

La malédiction de l'Hôtel-Dieu

 

L'éditeur de ce roman utilisant les outils de publication d'Amazon, l'ouvrage n'est vendu que sur Amazon.

(Les personnes qui voudraient que je leur envoie directement un exemplaire peuvent me contacter par messagerie.)

 

Début du roman :

1.

- Je crois que vous ne m’aimez pas beaucoup, Brice Noval…

- Je pense que la réciproque est vraie, monsieur le Maire !

Sans se laisser désarçonner par ma réplique, ou sans en rien laisser paraître, Gaspard Loison se fendit alors de son fameux sourire de faux cul, celui-là même qu’il arborait sur ses affiches électorales et pour son plus grand profit, car à chaque scrutin municipal il était confortablement réélu. Il terminait sa troisième mandature à la tête de la ville de Lyon. Le bougre avait trouvé la martingale gagnante : une étiquette de centre gauche, une politique de centre droit, et un discours truffé de ce charabia à la mode : développement durable, éco-responsable, citoyenneté, bio-diversité, vivre ensemble, mode doux de déplacement, métissage culturel et autres sornettes qui constituent le nouveau catéchisme de ce début de vingt et unième siècle.

À ce point de notre dialogue, assis en face de lui dans son superbe bureau dont les larges fenêtres donnaient sur une cour intérieure, je ne savais toujours pas pourquoi le maire m’avait invité à venir le voir à l’Hôtel de ville. En quoi avait-il besoin de mes services de détective privé ? Une filature de son épouse ? Un constat d'adultère ? Une enquête discrète sur un opposant politique ?

Le maire prit un visage grave, cala ses avant-bras sur son sous-main en cuir et me regarda droit dans les yeux. Son crâne, encore plus dégarni que le mien, luisait sous la lumière d’un lustre de cristal.

- Brice Noval, j’ai besoin de votre aide dans l’affaire de l’Hôtel-Dieu.

J’adore entendre prononcer mon nom, cela décuple ma sensation d’exister. Gaspard Loison devait connaître ce point faible de ma personnalité. Ce n’était cependant pas une raison de s’emballer.

- Je ne comprends pas, lui dis-je. Toute la police est déjà sur l’affaire.

Ses mains grassouillettes quittèrent son bureau et se levèrent, doigts écartés, comme pour signifier un geste d’impuissance.

- La police nationale fait de son mieux. La police municipale prête main forte. Mais l’enquête piétine. Les coupables courent toujours et s’apprêtent à frapper à nouveau. Vous seul êtes capable de résoudre cette série de crimes.

Il n’avait pas son pareil pour flatter son prochain. Loison n’était pas devenu le premier magistrat de cette ville pour rien.

- L’affaire est peut-être un peu lourde pour un pauvre privé solitaire, objectai-je. Quatre meurtres en quatre semaines ! Et à supposer que j’aie les capacités de m’en occuper - bien que je ne sois pas Sherlock Holmes - pourquoi devrais-je m’y intéresser ? J’ai déjà plein d’enquêtes en cours.

Sur ce dernier point, j’exagérais beaucoup. J’étais plutôt au chômage partiel et l’argent commençait à manquer. Les quittances et les factures s’accumulaient. Le loyer de mon bureau rue des Cuirassiers venait d’être fâcheusement revalorisé. Mais je voulais mesurer jusqu’à quel point le maire désirait s’assurer mes services.

- L’Hôtel-Dieu est le lieu de votre naissance, n’est-ce pas ? lâcha Loison en reprenant son sourire de faux cul.

Gaspard était bien renseigné. Un atout important dans le poste qu’il occupait. Un de mes profs au lycée m’avait déjà dit : « Le savoir c’est le pouvoir. » J’étais effectivement né dans cette maternité de la presqu’île, au cœur de la cité, un certain 14 juillet qui remontait à plus d’un demi-siècle. Le maire savait ce qu’il voulait et utilisait tous les arguments imaginables pour parvenir à ses fins. Derrière ce personnage tout en rondeur, aux airs patelins, se cachait une volonté de fer.

C’est ainsi que cet homme retors avait fini par m’avoir au sentiment et que j’avais accepté cette enquête – laquelle avait tout de la mission impossible. Je dois avouer aussi que la prime importante qu’il me promettait avait vaincu mes dernières réticences.

J’avais pourtant des raisons d’en vouloir à Loison et à sa politique immobilière inconsidérée. Je n’appréciais pas ses entreprises pharaoniques, dont la construction du Grand Stade et le réaménagement de l’Hôtel-Dieu, opérations contre lesquelles j’avais pris position publiquement en signant des pétitions et en publiant des articles dans des journaux locaux. Le dernier de ses projets semblait se retourner contre lui. En voulant transformer l’hôpital de l’Hôtel-Dieu en hôtel de luxe, il avait attiré la malédiction de Childebert.

 

Lien pour se procurer l'ouvrage

 

lundi, 21 septembre 2015

Billets d'absence

Parution septembre 2015

Billets d'absence, de Jean-Jacques Nuel

 

9791092038040.jpgSÉPARATION DE CORPS

« Un matin, Jean-Jacques se réveilla dans les deux lits jumeaux à la fois. Le trait d’union de son prénom avait glissé entre les deux matelas ; il devait se trouver sur le parquet, parmi les moutons de poussière, et sa taille minuscule comme sa couleur gris foncé ne faciliteraient pas les recherches. Profitant de cet incident, Jean et Jacques avaient pris leur indépendance et, après une petite virée nocturne, chacun de son côté, dans les quartiers malfamés de la ville, étaient revenus se coucher dans les deux lits séparés. Maintenant qu’ils avaient goûté à la liberté, ils auraient du mal à reprendre leur existence de frères siamois. » 

 

UN JEU DE SOCIÉTÉ

« On nous avait remis un nouveau jeu, composé seulement de vingt-six cartes. Chacune d’elles portait la figure d’une lettre de l’alphabet, de A à Z, et avait une valeur comprise entre un et dix. Ainsi, un K ou un W valaient dix points, tandis qu’un E ou un A ne comptaient que pour un point. Il était bien rare qu’un joueur avec une faible donne puisse passer les éliminatoires et disputer le grand tournoi, doté de prix en espèces très élevés, mais ces cas exceptionnels étaient montés en épingle par la direction du casino pour nous faire croire que tout le monde avait sa chance dans la vie, quelles que soient les cartes tirées à la naissance. »

Dans la veine de son précédent recueil Courts métrages, Jean-Jacques Nuel livre une mosaïque de textes courts et denses, mêlant l’humour, l’étrange, l’absurde et la poésie.

L’auteur : Jean-Jacques Nuel est né le 14 juillet 1951 à l’Hôtel-Dieu de Lyon et vit actuellement en Bourgogne, près de Cluny. Après avoir publié des recueils de poèmes, il se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits. A publié notamment Courts métrages (Le Pont du Change, 2013), Le Mouton noir (Passage d’encres, 2014) et un roman Le Nom (A contrario, 2005).

Nombreuses publications en revues, dont L’Infini, L’Atelier du roman, Europe, Moebius, Harfang.

 

Un recueil de 76 pages, format 11 x 18 cm. 12 €.  ISBN 979-10-92038-04-0

Cet ouvrage peut être commandé au moyen du BON DE COMMANDE 

ou acheté sur le site de vente en ligne : www.lepontduchange.fr

 

samedi, 25 avril 2015

Portraits croisés, de Dominique Laronde et Jean-Jacques Nuel

 

Laronde-couv4.jpg

 

Portraits croisés est né de la rencontre du dessinateur Dominique Laronde et de l’auteur Jean-Jacques Nuel, tous deux collaborateurs de la revue littéraire La Grappe.

Ce recueil comprend 16 textes courts de Jean-Jacques Nuel, choisis et illustrés par Dominique Laronde. La littérature et les écrivains constituent le thème commun de cet ensemble.

Portraits croisés fait l’objet d’une exposition proposée aux bibliothèques et lieux culturels.

Les auteurs :

Dominique Laronde : sculpteur et dessinateur. Né en 1950 dans le Bourbonnais où il a vécu jusqu’à 19 ans. Il s’installe ensuite dans le sud de la région parisienne pour exercer le métier d’instituteur. Il anime dans le cadre d’une MJC un atelier de sculpture, activité qu’il pratique en autodidacte depuis 35 ans. Ses œuvres semi-figuratives mélangent bois, pierre et terre émaillée. Parallèlement, il dessine et écrit dans la revue littéraire La Grappe (fondée en 1979) où il a croisé les textes de Jean-Jacques Nuel. Il illustre aussi à l’encre les écrits d’auteurs amis pour son plus grand plaisir.

Jean-Jacques Nuel : auteur. Né le 14 juillet 1951 à l’Hôtel-Dieu de Lyon, il vit encore dans cette ville. Après avoir publié des recueils de poèmes, se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits. Recueils publiés chez Passage d’encres et au Pont du Change. A participé à de nombreuses revues littéraires et à des magazines, dont L’Infini (Gallimard), Fluide Glacial, Moebius (Québec), Europe… Un roman paru : Le Nom (A contrario, 2005).

Un livret de 40 pages format 20 x 28 cm, sur papier blanc 120 grammes, avec 16 illustrations noir et blanc, sous couverture bleue à rabats 300 grammes. Reliure fil à la chinoise. 15 € + 3 € de port.

Ce recueil artisanal, sans numéro ISBN, n'est pas vendu en librairies.

Commande par le site de vente en ligne des éditions Le pont du Change,

ou contre envoi d'un chèque de 18 euros aux éditions Le Pont du Change, 161 rue Paul Bert, 69003 Lyon.