Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 septembre 2010

Pour le retour d'Anne-Lise Blanchard

Notre amie poète Anne-Lise Blanchard est actuellement retenue contre son gré en Russie.

Serge Rivron a ouvert un groupe de soutien sur Facebook et un blog est consacré à l'épreuve qu'elle traverse depuis le 26 août :

http://suitemoscovite.over-blog.com/

 

vendredi, 30 avril 2010

Roland Tixier et Christian Cottet-Emard à la Bibliothèque de Lyon Part-Dieu

Le mercredi 12 mai à 18 h 30,

La scène poétique reçoit Roland Tixier

et Christian Cottet-Emard.

Cette soirée se fait sous le signe de la maison d'édition qui les réunit, Le Pont du Change, créée à Lyon en 2009.

Entrée libre, BM de la Part-Dieu, 30 boulevard Vivier-Merle, 69003 Lyon.

scene_poetique.jpg

lundi, 15 mars 2010

Les quatre saisons de Roland Tixier

Après « Simples choses », paru l'an dernier aux éditions Le Pont du Change, Roland Tixier nous donne à lire de nouveaux haïkus urbains, chez pré # carré éditeur, officine animée par l'ami Hervé Bougel devenu pour la circonstance marchand des 4 saisons.

4saisons.jpg

Ce bel objet est un coffret cartonné, contenant quatre livrets de 32 "haïkus urbains", et un cinquième livret, « Arbres », ensemble de textes écrits par les enfants d'une classe d'adaptation du collège Jacques Duclos, à Vaulx-en-Velin, sous la conduite de Roland et des enseignantes. Ce projet est d'ailleurs soutenu par la municipalité de Vaulx-en-Velin.

En lisant à la suite les 4 livrets, on voit se dérouler une année complète, on revit ces fugitives sensations, communes et éternelles, ancrées dans une saison et un moment particulier, dans la couleur des feuilles, dans la clarté de la lumière, dans la fraîcheur ou la touffeur de l'air, selon le jour. Ces brefs poèmes forment un collier d'instants volés au temps qui passe.

 

Quelques instantanés :

(hiver)

reviendra-t-il enfin

l'envol heureux des pétales ?

le temps est à la neige

 

(printemps)

moineau ébouriffé

dans une flaque d'eau claire

frissons de printemps

 

(été)

chaleur de juillet

seul le papillon

semble ignorer la fatigue

 

(automne)

septembre à sa fin

feuilles vertes feuilles mortes

mêlées dans les rues

 

On retrouve comme dans les précédents recueils cette même simplicité miraculeuse, cette petite touche qui vaut tout un tableau tant elle est juste, précise et sensible, cette attention aux oubliés de la vie (premiers signes du froid / la mendiante de l'avenue / resserre les épaules) comme à nos plus proches voisins (ma voisine a peur / d'avoir à payer en mai / le temps clément de novembre). Roland Tixier sait dire l'humanité dans le quotidien, et l'émerveillement devant l'instant présent, parfois chargé de souvenir :

 

il neige alors on pense

aux années de lumière

de l'enfance envolée

 

 

Les 4 saisons de Roland Tixier, pré # carré éditeur, 52, quai Perrière, 38000 Grenoble

http://precarreditions.hautetfort.com/

 

samedi, 07 novembre 2009

Roland Tixier aux Xanthines

Dans le cadre des Vendredi apéro des Xanthines,

Vendredi 13 novembre à 18 heures,

Roland Tixier lira des extraits de son dernier recueil : Simples choses, un ensemble de 180 haïkus urbains, publié aux éditions Le Pont du Change.

Tixier_ax.jpg

Les Xanthines, café associatif du commerce équitable

33 rue de Condé, 69002 Lyon

métro Perrache ou Ampère

Entrée gratuite sur consommation équitable.

 

samedi, 03 octobre 2009

Le coeur des filles, de Pierre-Jean Blazy

Quand j'étais vieux

j'attendais la nuit

jusqu'aux escarmouches

du crépuscule

 

La vie

cette lune froide

était un désert de silence

je guettais

le sommeil des choses

jusqu'aux lisières de l'hiver

 

Aujourd'hui

ta chaude lande

est la source du ciel

le temps

me fait l'amour

 

Un feu blanc

dégèle les vagues

et révèle

les visages du vent

 

Voici

l'intérieur du cri

une lumière noire

détisse le temps

 

L'espace tombe.

 

blazy.jpgMon ami Pierre-Jean Blazy (il publia mes premiers poèmes en 1983 dans sa revue Janus) vient de publier un nouveau recueil de poésie, Le cœur des filles, aux éditions Manoirante. 47 nuitées qui nous entraînent dans un univers d'images fortes et puissantes, dans une quête inapaisée d'amour et d'accord avec le monde.

Le site des éditions Manoirante.

 

jeudi, 17 septembre 2009

Roland Tixier au Carré 30

Dans le cadre des Cafés poétiques du Carré 30,

Mardi 22 septembre à 20 heures

Roland Tixier lira des extraits de son dernier recueil : Simples choses, un ensemble de 180 haïkus urbains, publié aux éditions Le Pont du Change.

La nouvelle maison d'édition sera également présentée par Jean-Jacques Nuel lors de cette rencontre.

Le Café poétique est animé par Lorraine Pobel et Jean Richy-Maury.

Carré 30 - 12 rue Pizay, 69001 Lyon - 04 78 39 74 61

Participation : 5 € - réduit 3 € - une boisson offerte

 

mardi, 14 juillet 2009

La "couleur de la voix" de Gabriel Le Gal

En hommage à Gabriel Le Gal, décédé le 11 juillet dernier, je republie cette note écrite le 20 mars 2006.

 

 

Depuis son premier recueil publié en 1978, Gabriel Le Gal conduit une œuvre poétique d’une grande justesse. Ses textes sont des états de grâce, de précieux équilibres, aussi simples que magiques. Son dernier recueil, Pas la peine d’aller au Japon - dont sont extraits les quelques poèmes ici reproduits - vient de paraître à la Librairie-galerie Racine.

Signalons un dossier consacré à Gabriel Le Gal sur le site d’Orage-Lagune-Express, comprenant notamment une étude de Nicole Vidal-Chich.

 

 

*

 

Elle n'était

Que lèvres de couleur au centre

Du petit visage ovale

Lèvres de braise

Ou de géranium odorant

Dans octobre clair

Que lèvres de rouge frémissant

 

Que serait le moment venu

La couleur de sa voix ?

 

*

 

Les nuages glissant vers l’Est s’amincissent

Nous laissant à découvert

Le temps nous ronge

A petits feux

A petits bruits

Aussi ténu que dents de rat

On se figure être le même

On se croit toujours le jeune homme qu’on fut

Et pour un peu on dormirait

Au bruit du discret du temps

Comme le meunier au bruit de l’eau de son moulin

 

*

 

Bien qu’il ait sous le vent et le froid

Resserré ses eaux

Le fleuve emportait par la ville

Vert et bleu le ciel

Qui s’y était glissé

 

*

 

L'employé de la mairie

qui fait le tour des pelouses

pour remettre face à l'étang

les chaises de plastique

en rangs bien alignés

ne déplacera pas celle

où repose

le jeune fardeau d'une femme

dont la chair et les yeux

à demi sommeillant

prennent et filtrent

un soleil encore favorable

il passera son chemin

et s'il a quelque regret ce n'est pas

de ce rang qui boite un peu c'est

de ce fardeau de tendresse

qu'il n'a pas osé soulever

 

 

in Pas la peine d’aller au Japon

Librairie-galerie Racine, 23 rue Racine, 75006 Paris.12 euros.

www.librairie-galerie-racine.com

11:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : poésie, le gal