Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mars 2016

Courts métrages, feuilleton (2/10)

En feuilleton, des extraits de mon recueil Courts métrages, paru en 2013 aux éditions Le Pont du Change.

 

LA DERNIÈRE AVENTURE DE SHERLOCK HOLMES

J’avais rarement vu mon ami Sherlock Holmes dans un tel état d’excitation. Il n’avait pas dormi de la nuit et tint à me faire part, dès mon réveil, de ses conclusions. « Élémentaire, mon cher Watson. L’auteur de tous ces crimes, qui nous ont occupés depuis tant d’années et ont passionné le public, n’est autre qu’un médecin d’origine écossaise, écrivain à ses heures, du nom d’Arthur Conan Doyle. Cet esprit machiavélique ne commet pas lui-même ses forfaits, il est le cerveau qui conçoit et conduit dans l’ombre toutes les affaires criminelles. Le professeur Moriarty, l’ennemi public numéro un, n’est que l’une de ses créatures. Il tire toutes les ficelles. Mais ce génie du mal, aussi habile que monstrueux, a commis l’erreur de laisser des écrits. Ce matin, dès que vous aurez fini votre petit déjeuner, nous apporterons les preuves à Scotland Yard. »

Encore une fois, j’étais fasciné par l’intelligence aigüe et le sens de la déduction de Sherlock Holmes. Mais je ne partageais pas son enthousiasme. Vu le nombre et la noirceur des crimes, Doyle serait condamné à la peine capitale. Et, quel que soit mon amour de la justice, je n’avais aucune envie de mourir avec lui.

*

 

LA GENÈSE

Le soir du sixième jour, le grand architecte a dû partir précipitamment, appelé par une urgence sur une autre construction, très loin d’ici. Depuis, nous sommes sans nouvelles. En attendant qu’il revienne pour achever son travail, nous jouons dans le chantier abandonné au cœur du terrain vague, pendant tout un week-end qui n’en finit pas.

*

 

LA BOUTIQUE DE MARKUS

Markus tenait une bouquinerie dans le quartier des Terreaux, au pied des pentes de la Croix-Rousse. Les jours de pluie, on s’y réfugiait et, debout devant les bacs surchargés, on feuilletait les revues illustrées dans la lumière grise. Les bruits de la rue nous parvenaient feutrés et mouillés ; on restait longtemps, perdant la conscience du temps, à écouter Markus. C’était un savant dans son domaine : il nous expliquait la provenance et l’histoire de chaque parution, des comics à la science-fiction, du polar à l’heroic fantasy. Il ressemblait à l’un de ces vieux sages que l’on rencontre au cœur d’une forêt enchantée, dans les littératures de l’imaginaire. Personne ne connaissait son vrai nom, car depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, il s’était toujours fait appeler Markus, et aucun autre pseudonyme n’aurait pu correspondre plus parfaitement au personnage. Son nom d’origine avait dû se perdre dans les sables mouvants du temps, et il n’était pas sûr que l’administration en ait conservé la trace.

*

 

Le recueil Courts métrages est disponible aux éditions Le Pont du Change.

 


Une illustration de Dominique Laronde pour "La dernière aventure de Sherlock Holmes"

courts métrages,jean-jacques nuel,le pont du change

 

lundi, 21 septembre 2015

Billets d'absence

Parution septembre 2015

Billets d'absence, de Jean-Jacques Nuel

 

9791092038040.jpgSÉPARATION DE CORPS

« Un matin, Jean-Jacques se réveilla dans les deux lits jumeaux à la fois. Le trait d’union de son prénom avait glissé entre les deux matelas ; il devait se trouver sur le parquet, parmi les moutons de poussière, et sa taille minuscule comme sa couleur gris foncé ne faciliteraient pas les recherches. Profitant de cet incident, Jean et Jacques avaient pris leur indépendance et, après une petite virée nocturne, chacun de son côté, dans les quartiers malfamés de la ville, étaient revenus se coucher dans les deux lits séparés. Maintenant qu’ils avaient goûté à la liberté, ils auraient du mal à reprendre leur existence de frères siamois. » 

 

UN JEU DE SOCIÉTÉ

« On nous avait remis un nouveau jeu, composé seulement de vingt-six cartes. Chacune d’elles portait la figure d’une lettre de l’alphabet, de A à Z, et avait une valeur comprise entre un et dix. Ainsi, un K ou un W valaient dix points, tandis qu’un E ou un A ne comptaient que pour un point. Il était bien rare qu’un joueur avec une faible donne puisse passer les éliminatoires et disputer le grand tournoi, doté de prix en espèces très élevés, mais ces cas exceptionnels étaient montés en épingle par la direction du casino pour nous faire croire que tout le monde avait sa chance dans la vie, quelles que soient les cartes tirées à la naissance. »

Dans la veine de son précédent recueil Courts métrages, Jean-Jacques Nuel livre une mosaïque de textes courts et denses, mêlant l’humour, l’étrange, l’absurde et la poésie.

L’auteur : Jean-Jacques Nuel est né le 14 juillet 1951 à l’Hôtel-Dieu de Lyon et vit actuellement en Bourgogne, près de Cluny. Après avoir publié des recueils de poèmes, il se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits. A publié notamment Courts métrages (Le Pont du Change, 2013), Le Mouton noir (Passage d’encres, 2014) et un roman Le Nom (A contrario, 2005).

Nombreuses publications en revues, dont L’Infini, L’Atelier du roman, Europe, Moebius, Harfang.

 

Un recueil de 76 pages, format 11 x 18 cm. 12 €.  ISBN 979-10-92038-04-0

Cet ouvrage peut être commandé au moyen du BON DE COMMANDE 

ou acheté sur le site de vente en ligne : www.lepontduchange.fr

 

mardi, 19 mai 2015

Une critique dans Diérèse

Olivier Massé, dans Diérèse n° 64, consacre une note de lecture au recueil Courts métrages.

courts métrages,jean-jacques nuel,diérèse,olivier massé

dimanche, 26 avril 2015

Transport compris

LarondeNuel-transportcompris2a.jpg

TRANSPORT COMPRIS

Les routes de montagne devenaient mauvaises à la fin du mois de novembre ; le gel, le verglas et la neige rendaient les conditions de circulation très difficiles. Au volant du semi-remorque, j’étais parti avant l’aube pour aller livrer ma cargaison de textes. Je roulais au pas, concentré, contrarié et craintif : je n’avais jamais conduit un camion de trente-cinq tonnes, et n’avais d’ailleurs pas le permis poids lourds. Une longue file de voitures me suivait ; quelques automobilistes, en klaxonnant, me doublaient sur l’étroite route en lacets bordée de précipices. Certes, le client est roi, et en l’occurrence, il avait payé suffisamment cher pour les produits et leur livraison. Mais pourquoi ce vieil original avait-il exigé que mes douze textes courts soient gravés chacun sur un menhir ?

 

Ce dessin de Dominique Laronde et ce texte de Jean-Jacques Nuel figurent dans le recueil artisanal Portraits croisés, édité par les éditions Le Pont du Change en marge de l'exposition Laronde / Nuel.

Descriptif de Portraits croisés sur le site du Pont du Change.

 

vendredi, 06 mars 2015

Feuilles d'hiver

Deux belles revues ont récemment accueilli mes textes.

Dans OUSTE n° 23 (conspiration 2015), figure une prose courte, "Double tour".

La revue canadienne MOEBIUS publie dans son numéro 144 six de mes textes courts sur le thème Animaux.

 

  ouste,moebius,jean-jacques nuelouste,moebius,jean-jacques nuel

jeudi, 30 octobre 2014

Lecture à Lyon

lectureMandon2014*.jpg

lundi, 16 juin 2014

36 choses à faire avant de mourir

Hervé Bougel publie une nouvelle série de 36 choses à faire avant de mourir : 36 auteurs livrent leur liste de trucs vitaux sur un feuillet de couleur A4 plié. Ce n'est pas forcément très poétique, ni très original (le jeu ne consiste pas à faire de la littérature, quoique certains ne peuvent s'en empêcher… mais à écrire "ce qui vous importe, le grave, le futile, l'essentiel, le faux et son vrai, c'est votre affaire"). Cet exercice inventé par l'Oulipien Jacques Bens nous en apprend beaucoup sur le caractère et les désirs de ceux qui participent à l'aventure. Je suis de cette charrette avec, entre autres, Christian Degoutte.

36choses.jpg

Disponible chez pré#carré éditeur, 52 quai Perrière, 38000 Grenoble.

18 € les 36 fascicules + 2 € de frais de port.