Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 juin 2022

Le puits des Pénitents : premières pages

PUITS-PENITENTS 1ere.jpg

Après "Avril à Cluny" paru l'an dernier, la nouvelle enquête du détective privé Brice Noval, "Le puits des Pénitents", se déroule aussi à Cluny et environs.

Alice Plassard, âgée de 17 ans, a disparu depuis une semaine.
La mère de la jeune fille demande au détective privé Brice Noval de mener des recherches, parallèlement à l’enquête officielle de la gendarmerie.
Alice a-t-elle fait une simple fugue ? A-t-elle été victime d’une mauvaise rencontre ? Son beau-père, son amant Cyril ou sa meilleure amie Amélie sont-ils impliqués dans sa disparition ? Aurait-elle rejoint une secte ?
L’enquête de Brice Noval, menée tambour battant dans les divers quartiers de Cluny, s’oriente bientôt vers le puits des Pénitents, sur lequel s’échangent de mystérieux messages…

Vous pourrez lire ci-dessous les premières pages du premier chapitre.

*

 

Deux mois. Deux mois que je n'avais revu Alexandre Schweitzer. Ses hautes fonctions de commissaire divisionnaire, directeur de cabinet du préfet délégué à la sécurité, l'accaparaient à Lyon, et il n'était pas revenu dans sa maison de campagne du Gros-Chigy. Nos discussions animées autour d'une bière ou d'un café me manquaient. Mais au début de la semaine, il m'avait avisé par SMS qu'il viendrait en Saône-et-Loire pour quelques jours, comptant arriver le premier mai.

Le samedi 2 mai me semblait donc une date toute indiquée pour lui rendre visite. En milieu de matinée, sous un ciel bleu sans le moindre nuage, j'avais pris la route pour gagner le village de Saint-André-le-Désert, puis le hameau du Gros-Chigy, heureux à la perspective de retrouver ce cher commissaire. Un plaisir par anticipation, bientôt contrarié en découvrant sa maison fermée. Contrairement à ce qu'il m'avait annoncé, Alexandre n'était pas là. Alors que la maison mitoyenne avait ses fenêtres largement ouvertes sur la douce tiédeur du printemps, celle de Schweitzer avait tous ses volets clos.

Je garai ma Clio devant l'imposante bâtisse, traversai la petite cour et montai les cinq marches de pierre menant à la porte d'entrée. Qui sait ? Pas question de repartir sans vérifier, mon ami était peut-être endormi, profitant de son premier jour de congé pour faire la grasse matinée. J'appuyai sur la sonnette, puis frappai sur le bois de la porte.

Pas de réponse. Je renouvelai l'opération, sans plus de succès. Machinalement, je me penchai pour regarder par le trou de la serrure.

- Vous faites quoi ?

Je ne l'avais pas vu venir, celle-là. D'ailleurs je lui tournais le dos. Le ton de la voix rauque n'avait rien d'accueillant. Me retournant, je découvris une femme d'une cinquantaine d'années, un tablier de cuisine noué autour de son gros ventre. Elle n'était pas très grande, mais imposante, aussi large que haute. Ses bras gras et puissants, débordant d'un T-shirt grisé, pendaient de chaque côté du corps, les poings à demi-fermés comme prêts à dégainer. Sa tête carrée aux cheveux courts, ses traits grossiers, et ces poils de moustache bruns clairsemés qui retombaient sur sa lèvre supérieure lui donnaient un air hommasse.

Elle se campait au bas de l'escalier, au milieu de la première marche, m'interdisant toute fuite. J'étais fait comme un rat, coincé en haut des marches, entre les deux rampes de fer forgé, la porte close et la massive matrone. Je n'avais d'autre choix que de répondre à sa question.

- Bonjour, madame, je venais rendre visite à monsieur Schweitzer.

- Vous êtes qui ?

L'interrogatoire était lancé, et promettait d'être impitoyable : elle ne m'avait pas rendu la politesse.

- Je suis Brice Noval. Un ami d'Alexandre.

- Il ne m'a jamais parlé de vous, dit-elle d'un ton suspicieux, voire agressif. Ses yeux ne quittaient pas les miens, et redoublaient d'intensité comme si elle me mettait en joue. Un vrai dragon femelle ! La confiance ne régnait pas au Gros-Chigy !

- C'est normal, me défendis-je. Je l'ai surtout connu à Lyon, et je ne suis pas venu souvent ici.

Puis je me repris, prenant conscience de l'absurdité de la situation. Je n'allais pas me sentir coupable parce que je rendais visite à un ami ! Je n'avais rien d'un criminel. J'étais Brice Noval, l'enquêteur chevronné. Quasiment un représentant des forces de l'ordre, si l'on peut assimiler un détective privé à la police ! Je descendis trois marches jusqu'à me retrouver nez à nez avec le garde-chiourme. Enfin LA garde-chiourme, pour féminiser les noms de professions.

- Tant pis. Je reviendrai. Au revoir, madame.

Je n'eus pas à la bousculer pour passer. Elle me tourna le dos sans répondre et regagna ses pénates, à savoir la maison mitoyenne.

 

La matinée commençait mal. Près de vingt kilomètres pour rien, le double en comptant le retour. Et cette chienne de garde, qui avait bien failli me mordre. Mécontent de moi-même et du reste, je m'installai au volant de ma Clio, mis le contact. Et au moment d'actionner mon clignotant, je vis apparaître dans le rétroviseur un gros SUV noir qui se gara derrière moi. Je reconnus le véhicule de Schweitzer.

Nous sortîmes simultanément de nos voitures, moi de ma vieille guimbarde, lui de son GLB Mercedes. Je retrouvai ce bon Schweitzer à la forte carrure, sa poignée de main généreuse, ses yeux vifs et noirs pétillant de malice, et son large sourire dans sa face de lune (enfin, de pleine lune, est-il besoin de le préciser ?)

- Bonjour, Brice. Excusez-moi de vous avoir fait faux bond. Je pensais venir hier, mais j'ai été retenu à Lyon. Le nouveau préfet délégué ne peut pas se passer de moi ! Vous êtes là depuis longtemps ?

- Je viens d'arriver.

En peu de mots, je lui fis part de mes émotions du matin. Du contrôle policier sauvage que je venais de subir.

- Vous êtes bien gardé, avec cette voisine ! Un vrai cerbère !

- Ah ! Simone ! Elle a un aspect un peu bourru, concéda Schweitzer, mais c'est une personne de confiance. Comme elle habite la maison à côté depuis une dizaine d'années, je lui ai laissé un double des clés, pour qu'elle puisse intervenir en cas de besoin. C'est l'idéal de pouvoir compter sur ses voisins. De plus, tous les gens du village sont à cran, en ce moment. Il y a eu plusieurs cambriolages dans le bourg de Saint-André, et même ici, au Gros-Chigy.

- Je vois que Lyon n'a pas le monopole de l'insécurité !

- C'est hélas vrai. Les voleurs sont partout, aucun coin n'est épargné. La commune soutient le dispositif VOISINS VIGILANTS. Et Simone - Simone Genin – en fait partie et prend son rôle très au sérieux. Qui plus est, compléta-t-il, elle est lyonnaise d'origine. Ça crée des liens !

- Eh oui, le gang des Lyonnais, commentai-je, faisant allusion à une bande criminelle célèbre.

Je pensai soudain que ma présence pouvait être gênante pour Alexandre, qui arrivait à peine et n'avait pas encore ouvert sa maison. Je ne voulais pas paraître importun.

- Je ne vais pas vous déranger plus longtemps, le moment est mal choisi. Je vous laisse vous installer, et je repasserai cet après-midi si vous êtes libre.

Schweitzer me posa la main sur l'épaule.

- Vous ne me dérangez pas du tout. Vous n'allez pas repartir comme ça. Laissez-moi seulement le temps d'ouvrir la baraque, de décharger mes affaires... Vous n'avez qu'à vous installer dans le salon. Je ferai le café tout à l'heure.

Et il m'entraîna dans la maison, dont il commença à aérer les pièces qui sentaient le renfermé après sa longue absence. Je m'assis dans un grand fauteuil du salon, face à la vieille cheminée. Le portrait d'une femme jeune trônait sur le manteau, au dessus du foyer. Un beau visage aux lignes pures, des yeux clairs, des cheveux longs d'un blond vénitien. Certainement celui de son épouse morte, un drame qu'il n'évoquait jamais et dont j'avais eu connaissance par une de ses secrétaires à la préfecture.

- Tenez, pour patienter, voici le journal que j'ai pris à Cluny.

Et il me tendit le Journal de Saône-et-Loire, que l'on appelle en raccourci le JSL.

C'était l'édition de Mâcon, datée du jour. Je passai vite les infos nationales et internationales, que je connaissais déjà pour les avoir lues sur internet, et consultai les pages locales du Clunisois.

Un grand article illustré d'une photo attira mon attention.

CLUNY : disparition inquiétante d'une jeune fille de 17 ans.

L'adolescente a quitté le domicile familial depuis une semaine et n'a plus donné de nouvelles depuis. Les gendarmes ont décidé de lancer un appel à témoin.

Sous ce chapeau en caractères gras, figurait la suite de l'article.

(...)

Présentation de l'ouvrage sur le site de l'éditeur

 

 

dimanche, 15 mai 2022

Le puits des Pénitents

Vient de paraître :

Le puits des Pénitents

de Jean-Jacques NUEL

éditions Héraclite

 

le puits des pénitents,avril à cluny,jean-jacques nuel,éditions héraclite,cluny,brice novalDans la ville de Cluny, Alice Plassard, âgée de 17 ans, a disparu depuis une semaine.
La mère de la jeune fille demande au détective privé Brice Noval de mener des recherches, parallèlement à l’enquête officielle de la gendarmerie.
Alice a-t-elle fait une simple fugue ? A-t-elle été victime d’une mauvaise rencontre ? Son beau-père, son amant Cyril ou sa meilleure amie Amélie sont-ils impliqués dans sa disparition ? Aurait-elle rejoint une secte ?
L’enquête de Brice Noval, menée tambour battant dans les divers quartiers de la ville, s’oriente bientôt vers le puits des Pénitents, sur lequel s’échangent de mystérieux messages…


Après le succès du précédent polar "Avril à Cluny", découvrez une nouvelle enquête du détective privé Brice Noval entre Cluny et Lyon.


978-2-900311-78-3
17 Euros

En vente en librairies

et sur le site de l'éditeur

 

lundi, 26 mars 2018

K dans OUSTE

Mon texte "K" (peut-on l'appeler un "poème" ?) vient de paraître dans la revue OUSTE n° 26. C'est l'une des dernières fois que je publie sous le pseudonyme de Brice Noval. Je l'avais choisi pour soumettre des textes d'une écriture assez nouvelle aux revues, sans que leurs animateurs soient influencés par mes productions antérieures.

K doit paraître dans un recueil intitulé "Ceci n'est pas de la poésie", que l'éditeur a programmé en 2020 ! J'aurai bu combien de bières d'ici là ?

 

 

K

 

le héros du roman de Kafka

Le Procès

s'appelle Joseph K.

 

le héros du roman de Kafka

Le Château

s'appelle K.

 

le nom même de l'auteur

n'est pas ordinaire

il s'écrit avec 2 K

l'un majuscule l'autre minuscule

 

sans vouloir minimiser

le génie créatif de Kafka

on relèvera qu'il n'est pas allé

bien loin pour trouver les noms

de ses personnages principaux

 

le héros de l'œuvre de Kellogg's

qui a de la littérature

une conception plus alimentaire

s'appelle K

Spécial K

suivi d'un R cerclé

indiquant que la marque est enregistrée

et désormais protégée

 

sage précaution

que n'a pas prise Kafka

son oubli permettant à son concurrent

Kellogg's de s'approprier le K

en toute légalité

 

contrairement à l'auteur pragois

génial mais tourmenté

qui n'a pas su exploiter ses œuvres

de son vivant

n'achevant pas même ses 2 romans précités

et demandant à son ami Max Brod

de les détruire après sa mort

 

Kellogg's a toujours eu

le sens des affaires

et du marketing

en témoignent la meilleure distribution

de ses produits

son logo rouge attractif

et ses chiffres de vente

très supérieurs

 

*

 

Le nom de Brice Noval est désormais celui d'un détective privé atypique, vieux, à moitié obèse, plutôt réac et assez rigolo, dont une première enquête a été publiée par les éditions Germes de barbarie :

La malédiction de l'Hôtel-Dieu.

 

mercredi, 07 mars 2018

La malédiction de l'Hôtel-Dieu (3e extrait)

Après avoir reproduit un premier extrait de ce polar lyonnais, puis un deuxième, je livre ici le troisième et dernier extrait de La Malédiction de l'Hôtel-Dieu.

 

Chapitre 26

(Le détective privé Brice Noval, qui a vainement traqué dans la matinée un suspect du nom de Maurice Scève. a rendez-vous avec Jean Soulary, chef de cabinet du préfet. )

 

Nuel_maledictionhoteldieu.jpgComme j’arrivais devant le bureau de Soulary, sa secrétaire Natacha en sortit, une pile de parapheurs sur les bras.

- Je sais que vous avez rendez-vous avec monsieur Soulary, me dit-elle en assistante bien organisée. Il va vous recevoir dans quelques instants. Il est en ligne avec la directrice de cabinet.

Devinant l’inconfort dans lequel le plongeaient les appels de sa hiérarchie, je décidai de le laisser tranquillement achever sa communication téléphonique et me mis à faire les cent pas dans le couloir. Je regardais négligemment les quelques reproductions d’œuvres d’art accrochées aux murs lorsque j’aperçus, près du comptoir des huissiers… Scève ! Comme il avait troqué son habit Renaissance ou sa tenue décontractée pour un costume strict de ville, et que la préfecture était le dernier lieu où j’aurais imaginé le croiser, je mis quelques secondes à me persuader que c’était lui, avant de m’élancer à sa poursuite.

Le bougre ne m’avait pas attendu et, détalant à toute allure, s’était engouffré dans une porte ouverte située à côté de la machine à café. Cette ouverture donnait sur un escalier de service en colimaçon descendant au sous-sol. Lorsque je parvins en bas, dans un large couloir mal éclairé, aucune trace de Scève. Était-il parti sur la gauche, ou sur la droite où, quelques mètres plus loin, un nouveau couloir partait à angle droit sur la gauche ? Je choisis cette dernière direction et la suivis quelques minutes sans apercevoir mon homme ; à force de tourner au hasard dans ce réseau inextricable et sombre, de revenir sur mes pas, de repartir dans l’autre sens, je me retrouvai complètement perdu.

Sous la surface du sol évoluait tout un peuple des profondeurs, agents d’entretien, femmes de ménage et hommes d’équipe chargés de l’intendance et de l’entretien de la préfecture, dans un dédale de corridors et de caves sans fenêtre ni lucarne, un labyrinthe où régnaient une odeur de renfermé et une pénombre dignes des cachots ou des culs-de-basse-fosse. Ces lieux secrets n’étant pas ouverts au public, aucune signalétique n’avait été mise en place. J’avais l’impression d’être tombé dans une cité souterraine et insoupçonnée, une taupinière à échelle humaine.

Passant devant un local de menuiserie, j’avisai un agent dont la combinaison verte portait sur le dos la mention « Service Intérieur » ; il était occupé à raboter des planches. Je lui demandai la sortie. Après avoir maugréé « C’est compliqué à expliquer », il eut l’amabilité de me guider jusqu’à l’escalier qui montait au bureau des huissiers.

J’étais heureux de retrouver la lumière du jour entrant par les hautes fenêtres du rez-de-chaussée. Combien de temps étais-je resté au royaume des ombres ? J’en avais perdu la notion de l’heure.

Natacha venait vers moi. Elle semblait contrariée.

- Vous n’avez pas vu monsieur Soulary ? Il vous cherchait. Un huissier lui a dit que vous étiez descendu au sous-sol et il est parti vous rejoindre.

Soucieuse, elle était dévouée à son chef comme elle l’avait été avec les précédents titulaires du poste. Les chefs passent, les secrétaires restent, assurant la continuité du service.

- Non, je n’ai vu personne, lui répondis-je.

Je n’allais pas dire à la ronde que je poursuivais dans les bas-fonds de l’Hôtel du département l’un des principaux suspects de l’affaire de l’Hôtel-Dieu et que j’avais été lamentablement semé.

À ce moment, deux hommes du service intérieur en combinaison verte apparurent par la porte de l’escalier de service. Ils remontaient Soulary : l’un le tenait par les jambes, l’autre sous les bras. Ils posèrent le corps sur un tapis.

Le chef de cabinet était immobile et sans connaissance. Il avait une vilaine plaie sanglante sur le côté gauche du crâne.

Natacha était bouleversée. Deux huissiers nous avaient rejoints. L’un d’entre eux s’agenouilla et mit sa tête sur la poitrine de Soulary.

- Il respire encore, annonça-t-il.

Le premier homme d’équipe fit son rapport.

- On l’a trouvé vers la réserve du menuisier, dans le coin le plus sombre du couloir. Il a été assommé avec une planche. Un de mes collègues a vu s’enfuir l’agresseur. On a prévenu le poste de police.

- C’est notre ancien chef, dit le second à mon intention. Monsieur Soulary était chef du SML.

- Service des Moyens et de la Logistique, précisa-t-il pour le non-initié que j’étais.

(Je décryptai mentalement cet intitulé bizarre : Soulary devait alors s’occuper du personnel, du budget de la préfecture, des locaux, des mobiliers et des matériels. Il avait donc autorité sur le service intérieur.)

Je notai que le chef de cabinet portait un costume gris très semblable au mien. Il était de ma taille, à peine moins corpulent que moi, pareillement dégarni au sommet du crâne… pas de doute, dans le coin le plus sombre du couloir, et le voyant de dos, l’agresseur qui ne pouvait être autre que Maurice Scève l’avait estourbi en le prenant pour moi !

Soulary avait ouvert les yeux et regardait autour de lui d’un air perdu. Il se mit sur son séant, se massa la tête et tenta de se remettre sur pied. Son corps retomba sur le tapis.

- Ne bougez pas, monsieur Soulary, dit Natacha d’un ton maternel. On vient d’appeler un médecin.

Elle avait sorti un mouchoir de sa poche et tentait d’éponger le sang qui coulait sur le front de son chef.

- Ça va aller, parvint-il à dire. Et j’ai rendez-vous avec monsieur, ajouta-il en me désignant.

- Vous feriez mieux de vous reposer, lui conseillai-je. Je peux revenir à un autre moment.

Mais il ne voulut rien entendre et, se tenant aux murs, il regagna son bureau, m’entraînant dans son sillage.

 

*

Pour se procurer le livre.

 

samedi, 13 janvier 2018

La malédiction de l'Hôtel-Dieu

Après deux années sans publication, je verrai paraître deux de mes ouvrages en 2018.

En juin sortira "Journal d'un mégalo" (aux éditions belges Cactus Inébranlable), un recueil d'aphorismes humoristiques dont certains avaient été publiés dans le magazine Fluide Glacial.

cover4.jpgEn attendant, vient de paraître "La malédiction de l'Hôtel-Dieu", un polar qui se passe à Lyon, entre la mairie et la préfecture, dans le cadre du projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu. Un projet qui vise à transformer ce qui fut à l'origine un hôpital des pauvres en hôtel pour les riches.

Vous trouverez ci-dessous un lien vers la page de présentation et de vente de l'ouvrage :

La malédiction de l'Hôtel-Dieu

 

L'éditeur de ce roman utilisant les outils de publication d'Amazon, l'ouvrage n'est vendu que sur Amazon.

(Les personnes qui voudraient que je leur envoie directement un exemplaire peuvent me contacter par messagerie.)

 

Début du roman :

1.

- Je crois que vous ne m’aimez pas beaucoup, Brice Noval…

- Je pense que la réciproque est vraie, monsieur le Maire !

Sans se laisser désarçonner par ma réplique, ou sans en rien laisser paraître, Gaspard Loison se fendit alors de son fameux sourire de faux cul, celui-là même qu’il arborait sur ses affiches électorales et pour son plus grand profit, car à chaque scrutin municipal il était confortablement réélu. Il terminait sa troisième mandature à la tête de la ville de Lyon. Le bougre avait trouvé la martingale gagnante : une étiquette de centre gauche, une politique de centre droit, et un discours truffé de ce charabia à la mode : développement durable, éco-responsable, citoyenneté, bio-diversité, vivre ensemble, mode doux de déplacement, métissage culturel et autres sornettes qui constituent le nouveau catéchisme de ce début de vingt et unième siècle.

À ce point de notre dialogue, assis en face de lui dans son superbe bureau dont les larges fenêtres donnaient sur une cour intérieure, je ne savais toujours pas pourquoi le maire m’avait invité à venir le voir à l’Hôtel de ville. En quoi avait-il besoin de mes services de détective privé ? Une filature de son épouse ? Un constat d'adultère ? Une enquête discrète sur un opposant politique ?

Le maire prit un visage grave, cala ses avant-bras sur son sous-main en cuir et me regarda droit dans les yeux. Son crâne, encore plus dégarni que le mien, luisait sous la lumière d’un lustre de cristal.

- Brice Noval, j’ai besoin de votre aide dans l’affaire de l’Hôtel-Dieu.

J’adore entendre prononcer mon nom, cela décuple ma sensation d’exister. Gaspard Loison devait connaître ce point faible de ma personnalité. Ce n’était cependant pas une raison de s’emballer.

- Je ne comprends pas, lui dis-je. Toute la police est déjà sur l’affaire.

Ses mains grassouillettes quittèrent son bureau et se levèrent, doigts écartés, comme pour signifier un geste d’impuissance.

- La police nationale fait de son mieux. La police municipale prête main forte. Mais l’enquête piétine. Les coupables courent toujours et s’apprêtent à frapper à nouveau. Vous seul êtes capable de résoudre cette série de crimes.

Il n’avait pas son pareil pour flatter son prochain. Loison n’était pas devenu le premier magistrat de cette ville pour rien.

- L’affaire est peut-être un peu lourde pour un pauvre privé solitaire, objectai-je. Quatre meurtres en quatre semaines ! Et à supposer que j’aie les capacités de m’en occuper - bien que je ne sois pas Sherlock Holmes - pourquoi devrais-je m’y intéresser ? J’ai déjà plein d’enquêtes en cours.

Sur ce dernier point, j’exagérais beaucoup. J’étais plutôt au chômage partiel et l’argent commençait à manquer. Les quittances et les factures s’accumulaient. Le loyer de mon bureau rue des Cuirassiers venait d’être fâcheusement revalorisé. Mais je voulais mesurer jusqu’à quel point le maire désirait s’assurer mes services.

- L’Hôtel-Dieu est le lieu de votre naissance, n’est-ce pas ? lâcha Loison en reprenant son sourire de faux cul.

Gaspard était bien renseigné. Un atout important dans le poste qu’il occupait. Un de mes profs au lycée m’avait déjà dit : « Le savoir c’est le pouvoir. » J’étais effectivement né dans cette maternité de la presqu’île, au cœur de la cité, un certain 14 juillet qui remontait à plus d’un demi-siècle. Le maire savait ce qu’il voulait et utilisait tous les arguments imaginables pour parvenir à ses fins. Derrière ce personnage tout en rondeur, aux airs patelins, se cachait une volonté de fer.

C’est ainsi que cet homme retors avait fini par m’avoir au sentiment et que j’avais accepté cette enquête – laquelle avait tout de la mission impossible. Je dois avouer aussi que la prime importante qu’il me promettait avait vaincu mes dernières réticences.

J’avais pourtant des raisons d’en vouloir à Loison et à sa politique immobilière inconsidérée. Je n’appréciais pas ses entreprises pharaoniques, dont la construction du Grand Stade et le réaménagement de l’Hôtel-Dieu, opérations contre lesquelles j’avais pris position publiquement en signant des pétitions et en publiant des articles dans des journaux locaux. Le dernier de ses projets semblait se retourner contre lui. En voulant transformer l’hôpital de l’Hôtel-Dieu en hôtel de luxe, il avait attiré la malédiction de Childebert.

 

Lien pour se procurer l'ouvrage