Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 avril 2006

Revue de détail n° 2

Cette chronique est parue dans La presse Littéraire n° 3 (février 2006).

 

TSIMTSOUM n° 1

Sa parution aura été annoncée puis retardée pendant plusieurs mois, mais on a enfin pu découvrir avant la fin de l’année 2005 le numéro inaugural de la revue TsimTsoûm. Ce nouveau magazine semestriel succède à feu « Cancer ! », et est dirigé comme le précédent par Laurent James et Bruno Deniel-Laurent (le troisième comparse, Johann Cariou, ayant fait défection au passage). Avec son grand format, sa couverture décalée aux couleurs criardes qui jurent, Tsimtsoûm ne pèche pas par la discrétion. Il a belle et fière allure, et on ne regrettera qu’une mise en pages sommaire et le papier glacé un peu pénible à la lecture.

En guise d’édito, un extrait de Léon Bloy publié dans le pamphlet « Le Pal » en 1885. Au sommaire, un entretien passionnant de Laurent James avec Soheib Bencheikh sur l’Islam, dialogue entre deux croyants ouverts et savants se concluant par ces mots du recteur de la Mosquée de Marseille : « Le conflit entre chrétiens et musulmans peut être dépassé par une cohabitation qui respecte les différences, en attendant le retour de Jésus où nous verrons que nous avons le même Créateur. ». Même si tous les lecteurs ne pourront suivre les conclusions extrêmes de James, son analyse de la situation actuelle est marquée de lucidité.

Jourde nous régale d’une charge féroce et drôle contre Ubu Sollers, ses flagorneurs de la revue Ligne de risque, et ses réseaux désormais bien connus (Le Monde, Savigneau…). Un texte d’Arthur Cravan, écrit en 1914 à l’occasion du Salon des Indépendants, se révèle près d’un siècle après, d’une actualité, d’une vivacité et d’un punch (normal pour un boxeur !) incomparables, jeu de massacre par un homme « qui ne veut pas se civiliser » contre les « sales gueules d’artistes » : « Je m’étonne qu’un escroc d’esprit n’ait pas eu l’idée d’ouvrir une académie de littérature. » ; « Quand on a la chance d’être une brute, il faut savoir le rester. » ; « Dans la rue on ne verra bientôt plus que des artistes et l’on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme. » Costes délire sur Genet, déboulonnant cette idole des années 70, qu’il fallait en ce temps-là, suivant les conseils de Sartre, aimer et lire pour être à la page, car il était « anti-français » par excellence, sans famille, sans patrie, sans morale... bref précurseur des valeurs dominantes aujourd’hui.

On trouvera aussi dans cette livraison une belle réflexion de Sarah Vajda sur l’avortement, un manifeste hilarant pour un monument à la mémoire de François Mitterrand, fausse hagiographie brossant les travers du défunt monarque, des récits et nouvelles, dont un texte de Dominique Zardi « le Juif et le Corse » et un « Guevara dans la brume » devenant « la honte de la jungle » par Laurent Schang…

« Certains ont eu vingt ans dans les Aurès. Moi, j’ai eu vingt ans sous Jack Lang : je me demande sincèrement si ça n’est pas pire. » Laurent James, grand organisateur de ce numéro, ne cache pas son dégoût du gauchisme ambiant, qu’il contrebalance par un mépris de la droite, dans une indépendance d’esprit exemplaire. Diffusé par Internet et dans une centaine de librairies, TsimTsoûm apporte une voix neuve et revigorante dans le paysage éditorial, et s’affirme comme une revue de résistance.

TsimTsoûm n° 1, 49 rue Saint-Aubin, 49100 Angers. 9, 70 €. www.tsimtsoum.com

 

LE JOURNAL DES LOINTAINS n° 2

Deuxième numéro paru de ce semestriel dirigé par Marc Trillard, et qui a élu domicile aux éditions Buchet Chastel. Comme son nom l’indique, cette belle revue n’est ouverte que sur l’ailleurs et nous dépayse à chaque page. Bolivie, Maroc, Luxembourg, Abidjan, Tirana, Calcutta, Shanghaï, l’Inde, le Sri Lanka, le Bengale ou le Baïkal, Kaliningrad ou Charleroi… pages éparses du livre-monde tracées par Patrick Bard, Eric Faye, Christian Garcin, Jacques Jouet, Alain Leygonie, Jean-Pierre Campagne… Chaque texte de cette sorte d’anthologie est suivi d’une brève présentation de son auteur. Tantôt carnet de route, tantôt reportage littéraire, souvenirs entre l’imaginaire et la mémoire, ces textes renouent avec la littérature de voyage : à rebours du journalisme, on y découvre une vraie curiosité, une empathie, un investissement d’écriture. Une revue qui nous déplace et nous transporte.

Le Journal des Lointains, Buchet Chastel, 190 pages, diffusion Seuil, 17 €.

 

POESIE PREMIERE n° 33

C’est aux éditions Editinter, riches de plus d’une centaine de titres, que Robert Dadillon avait fondé la revue Poésie/première ; il a depuis deux ans passé le relais à Emmanuel Hiriart et cette solide et fidèle revue a depuis pris son indépendance par rapport à la maison d’édition originelle. L’aspect et l’esprit ont cependant peu changé : affichant dans ce dernier numéro Gabrielle Althen, Richard Rognet (18 recueils publiés, prix Charles Vildrac, Max Jacob, Apollinaire, SDDL…), Claude Vigée, dans un voisinage de valeurs reconnues et d’auteurs nouveaux à découvrir, la revue fondamentalement axée sur la poésie présente des extraits, des études, des interviews. Sur Gabrielle Althen, Monique Labidoire conclut : « Le poète est tout à tour – ou en même temps – pèlerin et sentinelle d’un « château » ou d’un « royaume » qui serait le lieu d’un absolu, d’une « maison suspendue » où se construirait la demeure de lumière, une demeure faite de la connaissance du monde associée à la connaissance de soi-même et qui abriteraient une présence qu’on peut ne pas nommer. » Seul un coin résiduel de la revue, dont on regrette qu’il soit aussi réduit, s’ouvre au genre différent de la nouvelle, illustré ici par Jean-Paul Schneck. Des « Libres propos » de Laurent Bayart, des notes de lecture attentives, complètent cette belle revue un peu austère mais exigeante.

Poésie/première, Maison Allegera, Lot. Ibai Ondoa, 64220 Ispoure. 112 pages, 10 €. http://poesiepremiere.free.fr

 

samedi, 25 mars 2006

Revue de détail n° 1

Cette chronique est parue dans La presse Littéraire n° 2.

 

FICTION n° 2

La revue Fiction fut pendant 37 ans l’édition française de la revue littéraire nord-américaine Fantasy & Science-Fiction avant de disparaître du paysage éditorial en 1990. Elle a connu sa renaissance en 2005, grâce à un passionné, André-François Ruaud, fondateur de la maison d’édition Les moutons électriques, qui a décidé de se lancer dans cette aventure.

C’est moins une revue qu’une anthologie périodique (semestrielle) de fantasy et science-fiction. Un format original quasi carré, une mise en pages sobre mais élégante, bref un solide et bel objet de lecture, non thématique, et mêlant les genres. Pour cette deuxième livraison, sous une couverture à rabats couleur kraft illustrée par F’Murr (le dessinateur des BD du « Génie des Alpages » chez Dargaud), la revue propose des nouvelles de Léa Silhol, Paolo Bacigalupi, Carol Emshwiller, Jean-Jacques Régnier, James Sallis, Julien Bouvet, Zoran Zivkovic, Joël Champetier et Elisabeth Vonarburg, Jeffrey Ford, Ian R. MacLeod, David Langford, Lewis Shiner, Brian Stableford. On le voit, quelques écrivains français ou francophones se mêlent aux pointures anglo-saxonnes, au meilleur du choix de la revue nord-américaine, la sélection est donc difficile pour les jeunes auteurs de langue française qui veulent tenter leur chance. Quelques autres surprises venues d’horizons variés (Inde, Japon, Serbie, Danemark…) confirment son ouverture, sa curiosité, sa vocation internationale.

Un portfolio central d’illustrations du cartooniste américain d’humour noir Gahan Wilson, et des dessins ponctuant tout le volume, par des dessinateurs du New Yorker et de Fantsy & SF, des articles, des témoignages, la chronique littéraire de Francis Valéry complètent cette copieuse livraison de 330 pages.

Fiction réussit son pari - donner à lire une littérature populaire de qualité - et vient combler un vide dans le paysage de la SF et du fantastique en France.

Fiction, Les moutons électriques éditeur, 245 rue Paul Bert, 69003 Lyon.19 €. Diffusion Les Belles Lettres.

www.moutons-electriques.com


 

SALMIGONDIS n° 21

Si la revue ne respecte plus sa périodicité trimestrielle originelle, devenant à peu près annuelle, au gré de l’envie, des forces et des finances de l’équipe éditoriale, gagnant en volume et en densité, Salmigondis reste un magazine de référence, d’autant plus que nombre de ses concurrents ou plutôt confrères ont disparu (Nouvelle Donne, Encres Vagabondes) et qu’il reste un des rares espaces ouverts aux jeunes auteurs.

Animée par Gilles Bailly, Emmanuelle et Roland Fuentès, Salmigondis publie tous les genres (sauf le mauvais) : nouvelles, surtout des nouvelles, poésies, bandes dessinées, dessins, chroniques et s’enrichit de dossiers sur un auteur ou une maison d’édition. Avec le souci constant de mêler des voix reconnues (Chateaureynaud, Baroche, Bazot, Butor, Saumont…) et de nouveaux et jeunes auteurs, jouant ainsi un rôle essentiel de découvreur, elle ne fait aucun cas des genres ni des chapelles pour s’attacher uniquement à ce qui lui parait neuf, original, surprenant. Cette revue désormais connue et très sollicitée (les concours de nouvelles et de BD qu’elle organise connaissent un incontestable succès) s’impose dans le paysage littéraire.

Dans ce dernier numéro, Salmigondis confirme son statut de découvreur, en nous donnant à lire - à côté du reconnu Abdelkader Djemaï - des auteurs prometteurs : Isabelle Sojfer, ses histoires brèves et cruelles, et Nicolas Puzenat, qui signe une nouvelle magnifique, d’un absurde consommé, « Grandeur des corpuscules ». Didier Millotte, qui livre de nombreuses illustrations de ce numéro, répond aux questions de Fuentès : « Par un rejet des produits Disney, entre autres, certains produisent de la boue, sans se rendre compte que ce n’est pas mieux d’un poil. Pour vraiment faire de bons livres pour enfants, il faut avant d’avoir le désir de faire des albums, aimer les enfants. » Ce même jeune dessinateur, qui ne lit « pratiquement plus que la Bible », « le texte le plus fascinant et le plus enthousiasmant de l’humanité », nous sert quelques déclarations réjouissantes et roboratives, à contre-courant.

Salmigondis, qui a le souci de sa diffusion, participe à de nombreux salons du livre et étend chaque mois le réseau de libraires qui la distribuent sur toute la France, dont une vingtaine à Paris.

Salmigondis, 452 route d’Attignat, 01310 Polliat. 110 pages. 10 €.

www.salmigondis.com



SUPERIEUR INCONNU n° 2

Sous-titrée « Arts – Littérature – Critique », cette revue semestrielle est la nouvelle formule (après 3 ans d’interruption) d’un titre déjà ancien, fondé et toujours dirigé par Sarane Alexandrian. Marc Kober est le rédacteur en chef de cette nouvelle série, plus luxueuse et plus élaborée, car, dit-il : « sa beauté correspond à une exigence éthique de première importance ». De fait, cette belle revue annonce la couleur (verte), l’esprit et le contenu dès la couverture, illustrée de quatre cartes, figures du jeu complet que dessinèrent en 1940 les surréalistes à Marseille et qui fut édité par André Dimanche. Ces cartes illustrant les notions de rêve, amour, connaissance, révolution (et les personnages de Freud, Hegel, Sade, la Religieuse portugaise), dessinées par Oscar Dominguez, André Masson, Victor Bruner, Jacques Herold tiennent lieu de manifeste et annoncent les différentes parties de la revue. Participent à cette livraison Marie-Laure Missir qui évoque Jean Benoit, Hervé Delabarre, Tristan Ranx, Monique Ayoun et bien d’autres signatures.

Supérieur Inconnu prétend n’être pas une revue surréaliste de plus, mais une revue qui retient le meilleur de l’aventure surréaliste pour le rejouer au présent. Car nous aurions « besoin plus que jamais des grands secours du rêve et de la passion pour que le progrès de la connaissance soit utile au bonheur du genre humain. » La revue, abondamment illustrée, est une réussite éditoriale, le projet séduisant, mais le surréalisme est-il encore d’actualité ? Vaste débat qui remplirait un numéro entier de La presse Littéraire et que nous n’aurons pas la prétention de traiter ici.

Supérieur Inconnu, 9 rue Jean Moréas 75017 Paris. 104 pages. 14 €.



samedi, 25 février 2006

Sarrazine n° 8 bis

medium_sarrazine8bis.jpgPour ce numéro SENS, la belle revue littéraire Sarrazine a décidé de revenir au plomb, retour aux sources du livre pour le toucher, la vue, l’odorat…

Pourquoi le numéro 8 bis ? Comme l’indiquent les membres du comité de rédaction, la graphie du chiffre 9 ne leur plaisait pas et ils ont tant ergoté sur le sujet qu’ils ont par erreur laissé imprimer un 8 sur la couverture. Ils l’ont donc flanqué d’un bis rouge.

Au sommaire :

François Richard, Emmanuelle Favier, Mireille Havet, Blaise Pascal, Lucien Suel, le cycle du papyrus Harris 500, Alain Laraby, le Cantique des Cantiques…

Une superbe livraison qui fera l’objet d’une chronique dans un prochain numéro de La presse Littéraire.

 

134 pages, 12 €. AICLA, 3 rue de la République, 78100 Saint-Germain-en-Laye

Diffusion en librairies : Les Belles Lettres

samedi, 21 janvier 2006

L'année de la revue

medium_lpl-couv-no2bis.jpg2006 devrait être pour moi l’année de la revue ! En espérant que je ne vais pas « être de la revue »…

 

Dans La presse Littéraire n° 2 qui vient de paraître en kiosques, je commence une chronique en feuilleton « Revue de détail », consacrée aux revues littéraires. L’idée que j’ai défendue auprès de Joseph Vebret est un projet de chronique qui ne serait pas une simple recension ou un survol rapide, comme on peut en lire dans Le Magazine littéraire, mais un véritable espace de présentation et de critique détaillée des revues. Actuellement, de telles chroniques sont plutôt absentes de la presse littéraire et culturelle, à l’exception du Matricule des Anges, magazine qui consacre depuis l’origine une à deux pages aux périodiques, mais son choix subjectif ne couvre qu’une partie de l’éventail des revues.

Par ailleurs, je travaille à la deuxième édition de mon guide La revue, mode d’emploi, précédemment paru en 1999 au Calcre, et qui devrait être republié dans les prochains mois aux éditions de L’Oie plate. Une nouvelle édition actualisée, revue et augmentée pour tenir compte des changements intervenus dans la réglementation et surtout de la nouvelle donne issue de l’Internet. Si la révolution annoncée de l’édition électronique n’a pas véritablement eu lieu, le livre étant resté indétrônable, en revanche, de nombreuses revues « en ligne » se sont créées, offrant de nouveaux espaces aux créateurs, et des revues papier ont compris tout l’intérêt qui s’attache à compléter leur support traditionnel par un site, un blog ou une newsletter, augmentant ainsi leur visibilité.

La chronique Revue de détail sera régulièrement mise en ligne sur ce blog, lorsque les numéros correspondants de La presse Littéraire ne seront plus disponibles en kiosques.

lundi, 02 janvier 2006

De la dangerosité de la fonction de critique

(En hommage à l’ami Christian Cottet-Emard, cette anecdote qui pourrait alimenter son feuilleton « Tu écris toujours ? »)

 

Si l'aventure est paraît-il au coin de la rue, le danger peut naître de l’activité en apparence la plus casanière et la plus minuscule qui soit : la critique littéraire, et en l’occurrence, revuistique.
Ayant rédigé pendant plusieurs années des articles critiques, essentiellement sur les revues littéraires dans le magazine Ecrire & Editer, je pratiquais une sorte de « critique objective » ; je rendais compte d’abord des revues par leur extérieur et leurs caractéristiques formelles : format, nombre de pages, prix, périodicité, nombre et qualité des illustrations, couleurs d’impression, qualité de la typographie, qualité du papier et de la couverture, répartition et importance des composantes du contenu, et j’en tirais des conclusions. Je commençais toujours mes recensions avec un double-décimètre à la main, notant soigneusement la largeur, la hauteur, l’épaisseur du dos carré. Puis je passais au fond, avec une franchise et parfois une violence verbale qui m’ont valu bien des déboires.
Dans Ecrire & Editer, je n’ai pas manqué d’être sévère dans mes jugements et de blesser les autres. C’est la règle du jeu, à laquelle en tant que créateur je n’échappe pas : mes œuvres littéraires publiées n’ont pas recueilli que des échos favorables, et ce présent blog m’a valu bien des reproches, tant sur son projet que sur les idées exprimées. Il faut savoir accepter la critique négative, même si elle nous apparaît injuste, même si elle nous blesse, car elle fait partie de la vie, comme les divergences d’opinions et de goûts. Faire l’unanimité sur son œuvre est un rêve de malade mental ou d’orgueil sans bornes. Il me revient en mémoire à ce propos un incident particulièrement notable et révélateur – une agression - qui se produisit lors d’un Salon de la Revue, à l’Espace des Blancs-Manteaux, à Paris. Je me trouvais sur le stand de Salmigondis, discutant avec les responsables du magazine, qui jouxtait la table de la revue Trouduc (je change le nom de la revue – mais pas son esprit ! – pour limiter les polémiques.) Soudain, le responsable de cette dernière revue se tourna vers moi, blême et tremblant de rage rentrée :
- Vous êtes Jean-Jacques Nuel ?
Je ne pus qu’acquiescer, la réponse étant évidente, et m’attendant à tout, même au pire. Et le pire arriva.
- Vous avez écrit dans Ecrire & Editer un article sur notre revue, qui est la seule critique négative que nous ayons eue !
- Ah bon. Et alors ?
- Vous avez écrit que le lecteur se trouve devant notre revue « comme une poule devant un couteau » ! Je ne connaissais pas le sens de cette expression, je l’ai vérifiée, c’est un jugement très négatif, le seul de notre dossier de presse !
Etonné d’abord qu’un individu apparemment si content de lui-même ignore le sens d’une expression courante, je me remémorais cet article, en me disant que cette expression convenait bien à ce j’avais éprouvé et continuais de penser. J’entrepris de me justifier, de lui dire que pour moi, un objet littéraire (roman, recueil ou revue) doit être porteur de sens, et que tout en reconnaissant la grande qualité de réalisation de Trouduc, je ne comprenais pas le sens de leur projet, dont l’originalité ne suffisait pas à me satisfaire. L’échange en resta là, le prolonger eût été dialogue de sourds, et nous restâmes, lui avec sa colère d’avoir eu une critique moins positive au milieu d’un concert impressionnant de louanges, moi avec ma perplexité devant la susceptibilité de certains membres du milieu littéraire.
Intrigué par cet incident, j’ai relu depuis l’article incriminé, et n’y ai pas trouvé de quoi, comme on dit, fouetter un chat.

vendredi, 30 décembre 2005

TsimTsoûm n° 1

L'évènement revuistique de l'année (et le site)

medium_tsts01.2.jpgAprès avoir attendu sa parution plusieurs mois, et être allé trois fois à l’étonnante librairie-galerie Le Bal des Ardents (17 rue Neuve, 69001 Lyon), j’ai enfin pu découvrir le numéro inaugural de la revue TsimTsoûm. Ce nouveau magazine semestriel succède à feu « Cancer ! », et est dirigé comme le précédent par Laurent James et Bruno Deniel-Laurent (le troisième comparse, Johann Cariou, ayant fait défection au passage). Au sommaire, un entretien passionnant de Laurent James avec Soheib Bencheikh sur l’Islam, une descente de Ubu Sollers par Jourde, de beaux textes de Sarah Vajda, Dominique Zardi, des pages anciennes mais actuelles de Bloy et Cravan, un texte roboratif de Costes sur Genet, des récits et nouvelles dont un « Guevara dans la brume » de Laurent Schang… Anti-gauchiste, anti-droite et anticipateur, c’est la bonne surprise de l’hiver.

 

TsimTsoûm n° 1, 49 rue Saint-Aubin, 49100 Angers. 9, 70 €.

 

 

Pour une critique plus complète, se reporter à ma chronique "Revue de détail" n° 2 : 

http://nuel.hautetfort.com/archive/2006/04/13/revue-de-de...

 

mardi, 29 novembre 2005

La presse Littéraire

La presse Littéraire en kiosques le 15 décembre 2005

medium_lplcouvno1_1.jpgLe 15 décembre 2005, en accord avec le groupe Entreprendre – Robert Lafont, Le journal de la Culture, bimestriel, devient La presse Littéraire, revue désormais mensuelle, distribuée à 25 000 exemplaires en kiosques, 180 x 280 mm, dos carré, offrant 100 pages denses (l'équivalent de 300 feuillets) consacrées à la Littérature et à l'Écrit. Un cahier Journal de la Culture, lié à l’actualité du cinéma, du théâtre, de la musique et des arts, vient clore la revue.

Ce qui représente encore plus d'ouvrages critiqués, commentés, mis en perspective, plus d'entretiens, d'études et toujours ce va-et-vient entre les "anciens" et les "modernes".
La "philosophie" et le positionnement de la revue restent les mêmes :

Ni guide ni vade-mecum du prêt à penser, éclectique, passionné, ouvert à toutes les tendances, nécessairement subjectif dans ses choix et ses approches éditoriales, La presse Littéraire a pour seule ambition de donner à lire, à voir et à entendre en allant à la découverte - ou à la redécouverte -, sans a priori, chapelles, ni parti pris, de la littérature dans toutes ses composantes : être un lieu de passages et de convergences, à l'intersection de l'émotion, de la passion, des talents et du plaisir. Un révélateur de sensations.

Le blog de La presse Littéraire est d'ores et déjà ouvert.

Information communiquée par Joseph Vebret, responsable du Journal de la Culture.