Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 novembre 2008

Revue de détail n° 14

(Ces chroniques sont parues dans La Presse Littéraire n° 16.)

xx

LES MOMENTS LITTERAIRES n° 20

momentslitteraires20.jpgPour son numéro 20 et son dixième anniversaire,  la belle revue de Gilbert Moreau consacrée à l’écriture de l’intime s’offre des habits de fête : la couverture en rouge, noir et blanc est signée du grand couturier Christian Lacroix. (Notons qu’il aurait pu réaliser, pour opérer un rapprochement complet entre le vêtement et le livre, une « jaquette » !).  Au sommaire, des écrivains de l’intime dont la plupart ont déjà eu les honneurs de la revue ( Annie Ernaux, Serge Doubrovsky, Charles Juliet, Gabriel Matzneff, Anne Coudreuse, Jocelyne François) et un auteur trop peu connu (mais d’une discrétion volontaire, car il se tient loin de Paris et des milieux littéraires) : André Blanchard qui nous livre ses « Notes d’un dilettante » de 1986, extraites d’un livre à paraître « Un début loin de la vie ». Quelques citations de ce dernier : « Avoir devant une récolte maigrichonne de phrases le mot du jardinier quand son panier ne pèse pas lourd : - C’est l’année qui veut ça. » ; « Quand nous écrivons, plus rien n’existe. En somme, nous nous supprimons du monde sans avoir besoin de nous détruire. C’est un privilège qui classe la littérature. » ; « Longtemps je me suis vu mourir bien avant trente ans, imprégné que j’étais du romantisme de la jeunesse, pour qui durer est comme une faute de goût. Depuis, j’essaie, difficilement, de croire à l’inverse, que je suis parti pour une longue vie, et cela en invoquant ce double postulat : j’ai beaucoup à faire, et je suis lent. » Ses derniers livres sont parus aux éditions Le dilettante.

De la lecture de ces différents auteurs, d’où émerge Blanchard pour son humilité et sa véracité, on se dit que l’écrit intime ne vaut que lorsqu’il dépasse l’écriture du moi (ce moi haïssable dont parle Pascal, cette banalité boursouflée) pour nous livrer l’auteur dans sa vérité et lorsque l’écriture est au plus près de l’acte de création, épousant son jaillissement.

Les Moments littéraires, B.P. 175, 92186 Antony Cedex. 128 pages, 12 € http://pagesperso-orange.fr/lml.info/

 

AMER, revue finissante n° 2

amer2.jpgPour son deuxième numéro, appelé « seconde décharge », Amer livre un dossier sur la domesticité. Se plaçant dans la continuité de la littérature fin de siècle (19e, évidemment) et de l’anarchisme, la revue place en quatrième de couverture une citation d’Octave Mirbeau qui résume bien le numéro : « 1° l’homme est une bête méchante et stupide. 2° la justice est une infamie. 3° l’amour est une cochonnerie. 4° Dieu est une chimère. » Le sommaire est très riche, convoquant Nietzsche, Rémy de Gourmont, Rachilde, Jean Lorrain, Sacher Masoch, mais faisant aussi appel à des plumes contemporaines, comme Marie-Laure Dagoit ou Stéphane Beau. Ce numéro copieux, à la couverture illustrée de chiens dangereux, se consacre notamment au fétichisme et aux amours ancillaires, rappelant avec ironie la Première Epître de Saint Pierre : « Vous les domestiques, soyez soumis à vos maîtres avec une profonde crainte, non seulement aux bons et aux bienveillants, mais aussi aux difficiles. Car c’est une grâce que de supporter, par égard pour Dieu, des peines que l’on souffre injustement. » Bourrée de références, de citations, illustrée de dessins et de photos érotiques d’époque, Amer revue finissante est une revue contestataire et mal embouchée (ne remplace-t-elle pas l’avertissement légal par « Le Code de propriété intellectuelle nous emmerde. Conséquemment nous emmerdons le Code de la propriété intellectuelle. »), mais elle nous rappelle ou nous révèle un pan un peu oublié de notre histoire littéraire et du mouvement des idées.

Amer, Les Ames d’Attala, 190 pages. http://zamdatala.net/

 

LA FAUTE A ROUSSEAU n° 48

fautearousseau48.jpgGrâce aux efforts de l’APA (Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique) et de son dynamique président Philippe Lejeune, spécialiste réputé de ce genre littéraire, le projet de cette association est désormais bien connu : conserver des textes autobiographiques inédits rédigés par des personnes de tous milieux sociaux. 640 adhérents et 180 mètres linéaires de textes à ce jour ! Le lieu de cette conservation est la médiathèque municipale de la Grenette, dont une partie est mise à la disposition de l’APA par la municipalité d’Ambérieu-en-Bugey, près de Lyon.

La revue La Faute à Rousseau, paraissant trois fois par an, se veut à la fois le bloc-notes de l’association (activités, brèves, calendrier, assemblée générale…) et un espace de réflexion sur le thème autobiographique. Elle est présente au Salon de la Revue de Paris et commence à être diffusée en librairies. Ce dernier numéro s’intitule «  Lire la vie des autres » et met l’accent sur l’expérience originale que mènent les membres de l’APA : lire en sympathie les écrits inédits d’inconnus, pour en rédiger et publier des échos de lecture (et selon la règle des « quatre sans » que rappelle Lejeune : accueillir sans trier, lire sans étudier, apprécier sans évaluer, diffuser sans publier). Le tout en se souvenant de Jean-Jacques Rousseau, le génial auteur des Confessions qui, en déposant sa vie dans le Garde-mémoire de l’humanité, voulait nous tirer « de cette règle unique et fautive de juger toujours du cœur d’autrui par le sien, tandis qu’au contraire il faudrait souvent pour connaître le sien même commencer par lire dans celui d’autrui. »

La Faute à Rousseau, APA, La Grenette, 10 rue Amédée-Bonnet, 01500 Ambérieu-en-Bugey. 84 pages, 9 €. http://sitapa.free.fr/

 

 

dimanche, 05 octobre 2008

18e Salon de la Revue

SalonRevue2008.jpgles 10, 11 et 12 octobre 2008
à l'Espace d'animation des Blancs-Manteaux
48, rue Vieille-du-Temple, Paris IVe

Le Salon en bref :

plus de 700 revues de toutes disciplines (littérature, poésie, art, sciences humaines et sociales, psychanalyse, débats et idées)

200 revues étrangères (Belgique, Québec, Suisse, Espagne, Italie, Israël…)

15 nouveaux exposants, de l'École Française d’Extrême-orient aux Presses universitaires du Septentrion ; Le Visage vert, La Nouvelle revue théologique, les Périphériques vous parlent, Frictions, Sakamo, Utile, Geste, Papiers nickelés, Liselotte, Quatre, Fora, La Corne de Brume, Revue Giono…

10 nouvelles revues : Ananda, Criticat, Contraste, Journal de Quinzinzinzili, Résonance générale, Ricochets-poésie, La Roulette russe, TINA, Utile, Et donc à la fin…

30 animations, tables rondes et débats, dialogues et lectures.

vendredi, 19 septembre 2008

A propos du Codex Atlanticus 17

codex_17_vignette.gifPhilippe Gindre me signale de bonnes critiques à propos du dernier numéro du Codex Atlanticus, auquel j'ai collaboré.

sur ActuSF:

http://www.actusf.com/spip/article-6323.html

sur Phénixweb :

http://www.phenixweb.net/Codex-Atlanticus-no17

 

lundi, 08 septembre 2008

Revue de détail n° 13

(Ces chroniques sont parues dans La Presse Littéraire n° 15.)

 

848425918.jpgIMPUR n° 1

Nouvelle et belle venue parmi les périodiques, « chic objet coloré », impur (sans majuscule) se revendique « revue à problèmes » et se promet de convoquer chaque trimestre « des visions décentrées, panoramiques, exotiques, des littératures métèques, désinstallées, des paroles d’immigrés, d’exilés, d’expatriés ». Dédié à la mémoire de Fred Chichin, le guitariste des Rita Mitsouko, ce premier numéro est consacré essentiellement à un dossier Japon, encadré par les magnifiques photos de jeunes « poupées » japonaises en première et quatrième de couverture, avec les contributions de Pierre Jourde, Agnès Giard, Sarah Vajda, Syoka, Laurent Schang et un article (en japonais, s’il vous plait !) de Hirano Keiichiro. Un casting qui n’est pas sans évoquer celui de la revue Tsimtsoum, qui ne connut qu’un seul numéro en 2006.

Pierre Jourde dénonce les préjugés français sur le Japon dans un beau texte sur Nagasaki : « Sans doute au Japon la société pèse-t-elle plus lourd qu’en France sur l’individu, corseté de devoirs, obsédé à l’idée de ce qu’il se doit et de ce qu’il doit aux autres. Rien ne peut s’y accomplir sans un peu de cérémonie. C’est peut-être précisément ce qui nous manque, un peu de cérémonie. Nous avons cru que la cérémonie était ennemie des plaisirs, ce qui n’était pas faux, et nous l’avons supprimée, sans voir qu’il en faut peut-être une dose pour goûter plus fort certains moments, certaines saveurs, et la société des hommes. » Dans un entretien « Sommes-nous une nation d’eunuques ? », Agnès Giard explique l’évolution de la sexualité au Japon : « Dans ce pays dénué de tout tabou judéo-chrétien, la confrontation avec l’occupant a été très douloureusement vécue comme une forme de castration. Les Japonais vénéraient depuis des millénaires les organes génitaux à l’égal de dieux. Les processions phalliques assimilaient la sexualité à un acte sacré. Et voilà que, sous l’influence de la « modernité », il a fallu censurer la nudité et abandonner les vêtements traditionnels, désormais considérés comme obscènes. », et plus loin : « En 10 ans, le Japon est devenu un pays de femmes. Les filles servent de modèles, d’héroïnes et d’idoles pour une génération entière et je pense que d’ici 5 ans, il n’y aura plus de fossé entre les sexes. »

On relève en outre dans ce numéro un très intéressant entretien avec Menahem Macina sur le thème de la « violence juive », conduit par Bruno Deniel-Laurent.

impur, éditions Antipodos, 16 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris. 128 pages, 9 €. www.impur.fr

xxxxxxxxxxxxxxx

 

1268407739.jpgLE GROGNARD n° 5

D’abord revue exclusivement sur internet, Le Grognard est désormais disponible en version papier, et a belle allure : papier bouffant 80 g, couverture sur Centaure Ivoire 250 g, dos carré collé et lettrines à l’imitation de certaines revues prestigieuses du 19e siècle. Il n’a cependant pas perdu ses premiers repères puisqu’il ne donne pas d’adresse postale, mais uniquement une adresse de courriel. L’objet de cette publication excède la seule littérature, comme en témoigne son objet : « Littérature, Idées, Philosophie, Critique et Débats », ainsi que le sommaire de ce numéro 5, titré « Solitaire ou Solidaire », qui se révèle une charge contre l’idéologie en cours de valorisation du travail, et fait l’éloge de l’individualisme. Stéphane Beau annonce la couleur : « Comment peut-on, de nos jours, oser s’avouer nietzschéen, oser clamer son individualisme, oser se dire oisif, fainéant, hédoniste sans avoir à justifier à longueur de journée que toutes ces attitudes, loin d’être perverses, négatives, destructrices, insensées, inadaptées, ne constituent au fond qu’un simple rétablissement de l’ordre logique des choses, que l’on peut être solitaire et solidaire, fainéant et actif, oisif et riche, nietzschéen et humain, trop humain… » A un entretien très philosophique avec Philippe Corcuff, succèdent des contributions plus lisibles, comme Le Parti de la Fainéantise de Stéphane Prat, La civilisation, sa cause et ses remèdes d’Edward Carpenter (1895), un Manifeste du Parti Individualiste par Stéphane Beau et une Fiesta pour l’Oisiveté, signée Guy Darol, qui nous régale de deux bonnes citations : « L’oisiveté est mère de tous les talents » (André Hardellet) et « Travailler ! Travailler ! Comme si j’avais le temps. » (Georges Perros). Après tout ça, si vous avez encore envie d’aller travailler…

Le Grognard, 40 pages, 7 €. Courriel : revue.le.grognard@gmail.com

xxxxxxxxxx

ARCHIPEL n° 25

Cahier international de littérature, et solide revue belge pilotée depuis 1992 par Alain Germoz, Archipel se consacre à la publication de textes de création, sans distinction de genre : poèmes, contes, nouvelles, théâtre, pages de journal, aphorismes, brûlots…, voulant seulement privilégier l’écriture, l’imagination et la singularité. Se référant à Albert Camus, George Steiner et Georges Braque, la revue n’a d’autre ennemi que le sectarisme. Ce numéro 25 est un spécial Jazz car, selon Germoz, « il représente un phénomène unique dans l’histoire de la musique. Qu’on l’aime ou non, le jazz est plus qu’une musique, pour d’aucuns un art de vivre. D’où son caractère indispensable et l’interaction avec d’autres formes d’art. » Aaron Prevots, Willem M. Roggeman, Pierre Lexert, Yves Humann, Alain Brezault, Guy Vaes, Jean-Christophe Bellevaux collaborent à ce numéro thématique, illustré de photos de célèbres jazzmen. Sous une présentation élégante et raffinée, Archipel constitue au fil des ans une anthologie de textes originaux de qualité et se révèle l’une des grandes réussites de la revue francophone.

Archipel, Jan van Rijswijcklaan, 7 b.2, B-2018 Anwerpen, Belgique. 128 pages, 18, 50 €.

 

mercredi, 27 août 2008

Le Grognard n° 7

grognard7.jpgLe N°7 (septembre 2008) de la revue LE GROGNARD est disponible.

 AU SOMMAIRE :

- Denis Grozdanovitch : L'Ambiguïté et la puissance du rêve chez Anton Pavlovitch
- Mitchell Abidor : American rebels - Jerry Farber : « Les étudiants sont des nègres »
- Guyseika : La vérité est là (poème)
- Champfleury (1821-1889) : De la fausse science et de la prétendue ignorance
- Sébastien Clivillé : Le Philosophe n'a pas dit (poème)
- Aglaé Vadet : Transgression
- Stéphane Beau : Contingences 9
- Denis Vernier : De la philosophie
- Ygor Yanka : La Pornographie ou l'oeil crevé
- C6fran : Le Zazou de Zanzibar
- Thomas Vinau : La Honte
- Stéphane Prat : Le Cabaret de la dernière chance : Tabou à Falésa
- Jean-François Besançon, Stéphane Beau : Du côté des livres

 Quelques pages de ce n°7 sont lisibles en PDF sur le site du Grognard : http://pagesperso-orange.fr/legrognard/ouverture.htm

L'exemplaire est à 7 € (frais de port inclus) La commande est à passer auprès des éditions du Petit Pavé : par mail : editions@petitpave.fr  ou par courrier : Éditions du Petit Pavé - Boîte Postale 17 - 49320 Brissac-Quincé - FRANCE

 Pour connaître les conditions d'abonnement ou d'adhésion à l'Association LE GROGNARD, ou pour proposer un texte il suffit d'envoyer un mail à l'adresse suivante : revue.le.grognard@gmail.com .

mercredi, 25 juin 2008

Mercure n° 2/3

mercure2.jpgLe n°2/3 de la revue Mercure, dirigée par Anthony Dufraisse vient de paraître.

 

SOMMAIRE

Anthony Dufraisse : Ce que Mercure n’est pas

Positions
Jean Dutourd : L’information, maladie moderne
Manuel de Diéguez : De la royauté audiovisuelle
Christian Ruby : Qu’est-ce qui nous regarde ? (II)
Annick Rivoire : Médias en ligne, chacun cherche son modèle
Vangelis Athanassopoulos : Richard Prince fume-t-il des Marlboro ?

Entretiens avec
Umberto Eco : Auteurs et autorité
Jean-Claude Lebrun : Le critique littéraire n’est pas un singe savant
Michel Serres : Internet attend son Robin des Bois
Annette Messager : Petit éloge du kiosque à journaux
Jean Hatzfeld : Les journalistes, ces petits historiens

Radiographies
Denis Grozdanovitch : Bonnes (et mauvaises) ondes
Gil Jouanard : Dis-moi comment tu écoutes...

Figures libres
Franck Derex : Eliagabal ressuscité
Stéphane Beau : Petites coupures
Jean-Jacques Nuel : Cold Case, une série divine

Lecture
Jean Mauriac Le Général et le Journaliste, par Georges Labaloue

 

Mercure n° 2/3, printemps-été 2008, 134 pages, 15 €.

Pour toute correspondance : revuemercure@free.fr

 

samedi, 07 juin 2008

Revue de détail n° 12

(Ces chroniques sont parues dans La Presse Littéraire n° 14.)

 

 

645778456.jpgMERCURE n° 1

« En ces temps proliférants de l’information, tantôt anarchique tantôt concentrique, et des réseaux de communication, il y a besoin d’une revue qui soit en retrait, retranchée. Une revue qui joue sur tous les registres de la pensée – pour observer. Car Mercure est ainsi conçue : comme un observatoire. » Ainsi s’exprime l’édito « Lignes directrices », de cette nouvelle publication, sous-titrée « Les médias autrement », conçue et dirigée par le journaliste et critique littéraire Anthony Dufraisse. D’emblée, le projet, mûrement pensé, apparaît original et cohérent. « Il ne s’agit pas d’être pour ou contre les médias : ce manichéisme réflexe et pavlovien ne mène à rien. Les médias sont à la fois le meilleur et le pire. » Mercure invite donc à penser aussi bien la positivité que la nocivité des médias, objet de réflexion et sujet d’inquiétude.

Quatre parties (Positions, Situations, Radiographies, Figures libres) regroupent des textes pour la plupart inédits ou parfois reproduits quand ils valent la peine d’être relus, signés Daniel Sibony, Christian Ruby, Manuel de Dieguez, Gil Jouanard, Claude Regy, Vangelis Athanassopoulos, Didier Nordon : « Jamais, vous dira-t-on, on n’a été aussi bien informé qu’aujourd’hui. La désinformation commence avec cette affirmation. Que nous recevions plus d’informations que par le passé, sans doute. Mais plus ne signifie pas mieux. », ou Jacques Attali : « Quiconque entre dans Internet sait qu’il ne faut pas parler d’autoroutes de l’information mais plutôt de labyrinthes : gigantesque enchevêtrement de ruelles, de bibliothèques et de cafés, le réseau se compose de mille chemins qui souvent se terminent en impasses. » En contrepoint de ces contributions théoriques, on découvre avec plaisir les souvenirs de Jacques Rigaud, ancien PDG de RTL, ou un texte savoureux de Christian Cottet-Emard, Souvenirs d’un localier, qui clôt ce numéro et nous entraîne dans les tribulations et mésaventures d’un pauvre chroniqueur de la presse régionale.

Mercure, 14 avenue Foch, 95100 Argenteuil. 110 pages, 10 €.

xxxxxxxxxxx

IL PARTICOLARE n° 15 & 16.

Françoise Santon est la co-directrice et la secrétaire de rédaction de cette imposante et superbe revue (beau papier ivoire, couverture à rabats), publiée avec le concours du Centre national du livre, du Conseil régional PACA et de la Ville de Marseille, et consacrée aux thèmes « Art. Littérature. Théorie critique ». Les numéros paraissent en juin et décembre.

Il particolare accorde une très large place à la philosophie et à la critique : outre les questions de Serge Cottet à Philippe Mengue sur l’œuvre de Deleuze, on note les contributions de Jean-Luc Nancy, Jean-Pierre Cometti, Bernard Heidsieck, David Christoffel, Jean Arrouye. Cette continuité théorique est rompue par la note d’humour de Christian Tarting, qui dans une suite d’aphorismes « Plus haut que son luth » nous réjouit : « Dès qu’on commence à crever, les gens sont si polis que ça vous achève. » ou « A court de frites, Parmentier inventa la pomme de terre. » La poésie est également et heureusement présente avec un hommage à Jean Todrani, un extrait d’une suite de Pierre Le Pillouer « Ajouts contre jour » : « comme tout ce qui bouge ou tremble/ le mot/ cassera/ un jour fatalement/ cessera » et par des extraits de poèmes de Julia Darling, traduits de l’anglais par Christine Godbille. La dernière partie de la livraison est un cahier d’une centaine de pages consacré à Mathias Perez, peintre, fondateur de la maison d’édition Carte blanche et de la revue Fusées, qui a collaboré avec de nombreux écrivains. Le dossier contient des textes d’hommage (Jean-Pierre Verheggen, Michel Butor, Prigent…), d’abondantes reproductions de ses œuvres obsessionnelles, et un entretien avec Fabrice Thumerel : « L’éphémère est notre lot, notre visée. La fulgurance aussi. »

Les dernières pages reprennent les sommaires de tous les numéros précédents parus, pour rappeler que la revue est une continuité et un ensemble.

Il particolare, 1 rue de Lorraine, 13008 Marseille. 256 pages, 26 €.

xxxxxxxxxxxx

LE CANARD EN PLASTIC n° 3

Nous avons déjà eu l’occasion de signaler cette publication semestrielle originale et très aboutie, cette « petite revue de littératures et d’images » dirigée par Yves Leclere. Signe particulier : des notices bio-biblio décalées et humoristiques, inaugurant comme un nouveau genre littéraire. Tout au long du troisième numéro, sous couverture rose et verte, courent les magnifiques illustrations de Grégoire Dalle, qui nous livre aussi un carnet de croquis. Les textes en prose qui se succèdent ont une tonalité commune, marqués d’humour et d’absurde, dont ceux de Nicolas Barbatruc, « Une pluie de neige et tes seins verts » ou de Matthias Gredain, livrant des fragments de « Les aboiements d’un chien de faïence » : « Je suis né sous une étoile définitivement humide. Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais mis le pied dehors sans que la pluie ne commence à tomber. », sans oublier Stéphane Mariesté, Pierre Cendors, Gemme Terroni, Laurent Dupont et Antoine Sacques.

Un jeu pour finir : une citation de Molloy de Samuel Beckett s’est glissée dans ce numéro 3. Si vous êtes le premier à trouver la bonne réponse, vous gagnerez un abonnement à 2 numéros du Canard en Plastic !

Le Canard en Plastic, 91 rue de la Fraternité, 93100 Montreuil-sous-Bois. 128 pages. 12 €. www.lecanardenplastic.net