Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 février 2014

Les moments littéraires n° 31

lml31.jpgLa revue de Gilbert Moreau consacre son dernier numéro à Diane de Margerie. Romancière, critique littéraire, nouvelliste, traductrice, biographe, elle est l’auteur d’une œuvre diverse qui donne une large place à une certaine forme d’autobiographie. Sa jeunesse est marquée par l’errance, son père étant diplomate. Après Berlin, Londres, elle se retrouve à Shanghaï puis à Pékin au moment de l’invasion japonaise. Le père Theillard de Chardin, jésuite, en exil à Pékin, est son professeur de physique et lui prodigue ses conseils. Elle se retrouve ensuite en France, puis à Rome, où elle rencontre Alberto Moravia. Avant de se fixer à Chartres, lieu où elle écrit. « Quand j’ai fait le choix de venir habiter à Chartres, j’ai beaucoup pensé à Pékin. Je me demande s’il n’y a pas une sorte de réminiscence architecturale qui m’a fait aimer tellement cette ville où l’on accède au lieu sacré de la Cathédrale en traversant des ponts tout comme à Pékin où, pour me rendre à la Cité Interdite, je devais emprunter des ponts de marbre. » Elle livre sa conception de la littérature, qui ne doit pas « tout dire » : « L’intérêt du lecteur n’est pas qu’on lui serve tout le dicible. Ce qui l’intéresse et ce qui l’accroche, c’est le secret et l’indicible ; il doit donc décrypter. Je trouve qu’une littérature qui prétend tout dire est une littérature pauvre, sans poésie, répétitive, sans évasion. Les textes sont comme des fruits dont il faut extraire le suc. Le suc, c’est l’intime. »

Le dossier introduit par une belle étude de René de Ceccatty (« Les cinq portes de la fraternité poétique ») se compose d’un long entretien de Diane de Margerie avec Gilbert Moreau et d’un extrait d’une étude sur Proust, « Relation fraternelle : relation ambigüe ? », où elle s’interroge sur la disparition du frère Robert, cadet de deux ans de Marcel, dans La Recherche. « M'intrigue plus que jamais l’énigme de cette œuvre où Robert est effacé – « scotomisé » disent les psychanalystes. Quel travail mental ce dut être que de reprendre toute l’atmosphère de l’enfance et d’Illiers en effaçant Robert, le petit frère, forcément présent. »

Des extraits de journaux d'Anne Serre et de Katherine L. Battaiellie complètent ce passionnant numéro.

 

Les moments littéraires n° 31. BP 30175 92186 ANTONY Cedex. 12 €.

http://pagesperso-orange.fr/lml.info/

mercredi, 29 janvier 2014

Le dernier numéro de Passage d'encres

passage d'encres,hubert lucot,christiane tricoitDans un édito intitulé Bouclage, Christiane Tricoit nous informe que la revue Passage d’encres s’arrête avec le numéro 04 (de la série II), du moins sous sa forme papier. Mais les éditions continuent. Plus d’un millier d’auteurs et d’artistes ont été publiés depuis janvier 1996 sous cette enseigne, qui compte une cinquantaine de numéros de revue parus, des ouvrages, des estampes et œuvres originales éditées.

Ce numéro final contient des extraits d’un beau et émouvant journal d’Hubert Lucot, Deuil, tenu après la mort de son épouse. « Ce n’est pas l’absence d’A.M. que je ressens mais son silence, comme si elle parlait ailleurs. Elle m’a quitté pour un autre : le néant. » « Parfois, son absence est concrète : dans l’embrasure d’une fenêtre où elle soignait ses plantes. » Lucot livre aussi une série de collages, avec un commentaire de Daniel Pozner. Ouverte et diverse, la revue accueille des voix très différentes, comme Sylvie Reymond-Lépine, Gérard Cartier, Katia Roessel, Patrick Le Divenah, Michel Le Brigand, Christophe Stolowicki, Elisabeth Boëlle, Jacques Demarcq, Jean-Claude Monteil, Gérard Prémel (qui évoque la mémoire de Jean Sénac) et des dessins et photos de Geneviève Lassus, Claire Nicole, Amy Love, Andoche Praudel, Elina Achéron, Louis-Michel de Vaulchier, Oscar Yana, et Christiane Tricoit dont les talents de directrice de publication ne doivent pas éclipser ceux de la photographe. La revue sera restée jusqu’au bout fidèle à sa ligne : l’alliance et le dialogue de l’art et de l’écrit, la défense de l’éducation et de la culture « en ces temps de grande barbarie ».

Passage d’encres a également publié récemment :

- Nathalie Kremer, Diderot devant Kandinsky, Pour une lecture anachronique de la critique d’art, collection Trace(s).

- La Chambre du rêve, de Bruno Cany, collection Trait court.

- Le numéro # 03 de la revue, intitulé Transitions.

Revue Passage d’encres, série II. # 04 Décalages : Hubert Lucot / Décollages

Moulin de Quilio, 56310 Guern. 20 €.

http://www.inks-passagedencres.fr

 

mercredi, 11 décembre 2013

Editeurs : bons à tirer ?

chiendents 38 couv.jpgLa revue littéraire Chiendents consacre son numéro 38 à un dossier sur l’édition, au titre un brin provocateur, Éditeurs : bons à tirer ? Et c’est vrai que l’on parle toujours de la grande misère des auteurs, des libraires, mais jamais de celle des éditeurs, et spécialement des petits éditeurs.

Entre autres articles, on notera une lettre ouverte aux hommes et femmes de bonne volonté, de Luc Vidal, éditeur au Petit Véhicule, qui livre lucidement son expérience. Jean-Luc Nativelle nous parle de la galère d’une signature dans l’espace culturel d’un grand magasin, un grand moment de solitude sauvé par la gentillesse et l’intérêt d’une vendeuse. Gérard Cherbonnier, responsable des éditions du Petit Pavé, s’entretient avec Stéphane Beau : “Faudra-t-il éditer sous le manteau ?” et dresse un tableau objectif de la situation de l’édition. Roger Wallet retrace son parcours d’écrivain, depuis un premier succès (édition au Dilettante, passage chez Pivot, presse nombreuse) suivi d’un échec commercial, d’une tentative de monter une structure éditoriale et de la publication actuelle chez de plus modestes éditeurs. Dans un article ravageur, Stéphane Beau nous livre un portrait sans concessions de l’ingratitude des auteurs : “Toujours prompts à dénoncer les travers des éditeurs, les auteurs ont une fâcheuse tendance à hisser les libraires au sommet de la pyramide des métiers du livre, comme s’il s’agissait de la catégorie la plus noble. (…) Pour les auteurs, le passage par l’éditeur ne représente qu’une formalité technique, rien de plus qu’une étape obligée qui a en outre le grave défaut de ne pas être toujours de tout repos pour leur ego. Une fois que le contrat est signé, l’heureux auteur ne veut plus rien savoir de ce qui se joue dans les bureaux de son éditeur, ni dans l’atelier de l’imprimeur. Tout cela, c’est le travail de l’éditeur : l’auteur, créateur, pur esprit, est au dessus de ces réalités triviales. Par contre, s’il y a une chose que les auteurs adorent, c’est apercevoir leurs bouquins dans les devantures des libraires. Là ils se sentent grands, beaux, forts, puissants, comme si leur talent était décuplé par cette mise en visibilité de leur travail. La vitrine des libraires est comme un miroir où, Narcisses modernes, ils peuvent contempler le reflet de leur propre grandeur.” Et de conclure : “L’éditeur donne vie au livre ; il lui permet d’être. Le libraire caresse l’auteur dans le sens de son ego ; il lui permet de paraître.”

Un dossier passionnant, sans langue de bois, à lire par tous ceux qui veulent découvrir les coulisses de la petite édition.


Chiendents n° 38, éditions du Petit Véhicule, 4 €. Le blog des éditions.

jeudi, 12 septembre 2013

MICROBE 79

microbe,nuel,modèles réduitsLe 79e numéro de la revue Microbe vient de paraître !

J'en ai assuré la préparation et la coordination.

 

Au sommaire : StéphaneBeau
C
hristian Chavassieux
C
hristian Cottet-Emard
R
oland Counard
G
régoire Damon
B
ernard Deglet
C
hristian Degoutte
F
abrice Farre
J
ean-Marc Flahaut
A
lain Helissen
F
rédérick Houdaer
H
ervé Merlot
P
aola Pigani
S
téphane PratNuel - Modèles réduits.jpg
P
ascal Pratz
M
arlène Tissot

Les illustrations sont de Nicole Vidal-Chich

 

 

 

Les abonnés « + » reçoivent également, en supplément à la revue, le mi(ni)crobe 41 :

Modèles réduits de Jean-Jacques Nuel. Il s'agit d'un petit recueil contenant 22 textes brefs.

 

Plus d'infos ? ICI.

 

Pour tous renseignements, contacter ericdejaeger@yahoo.fr

 

mercredi, 14 août 2013

Les moments littéraires n° 30

 

les moments littéraires,catherine robe grillet

À l’occasion des 15 ans de la revue de l’écrit intime Les moments littéraires, Sempé a illustré la couverture du numéro 30. Cette livraison est consacrée principalement à Catherine Robbe-Grillet, avec un portrait signé Catherine Corringer, un entretien avec Gilbert Moreau et un texte inédit. L’œuvre littéraire de Catherine Robbe-Grillet se présente sous la forme d’un diptyque avec, d’une part, ses récits où dominent ses expériences de maîtresse de cérémonie sadomasochiste et, d’autre part, ses écrits intimes (journal et correspondance). Dans l’entretien préliminaire où elle évoque sa vie avec l’écrivain Alain Robbe-Grillet, elle livre un aperçu intéressant sur la censure : « Jusque dans les années 70, la censure était le fait de l’État. Aujourd’hui, il n’y a presque plus de censure d’État, la relève a été prise par des associations de défense de minorités, ou considérées comme telles. » Dans ce même numéro, on pourra lire également un témoignage hallucinant de Jeanne Hyvrard sur la vie d’enseignant dans un lycée de banlieue, et un texte présenté par Philippe Lejeune et Catherine Viollet : Gnothi sauton, qui fut en Allemagne une revue annuelle dirigée par Karl Phillip Moritz de 1783 à 1793, composée uniquement de textes autobiographiques et de témoignages, destinée à servir de base à une « science de l’expérience de l’âme ».

En 15 ans, Les moments littéraires ont publié 140 auteurs, connus ou inconnus.

Signalons que la revue édite aussi un deuxième hors-série, « Objet du livre », consistant en un livre et un DVD autour de l’artiste Max Gold. Ce potier a laissé une pièce de quarante mètres carrés où durant trente ans une sédimentation d’objets a envahi l’espace, contenant transformé en un ouvrage singulier dont aucun élément ne peut être enlevé, une sorte de tableau en trois dimensions. L’homme se révèle progressivement à travers ces reliques. Le livre et le film sont d’Hélène Gold.

 

Les moments littéraires n° 30, BP 30175, 92186 ANTONY cedex. 12 €.

http://pagesperso-orange.fr/lml.info

 

vendredi, 12 juillet 2013

Patchwork, revue littéraire

 patchwork,revue litteraire,dufraisse,powys

Il convient de saluer une nouvelle revue littéraire, surtout quand elle a choisi de s’incarner dans le papier. Anthony Dufraisse, qui avait lancé voici quelques années la revue Mercure, est le maître d’œuvre de ce projet. En exergue, une citation de Georges Perros donne le ton : « Il faudrait créer une revue d’une imprévisible diversité, façon patchwork. » Son rythme de parution prévu est de deux numéros l’an.

C’est d’abord, visuellement, un très bel objet de format 11 x 17, 5 cm, sous une élégante couverture violette à rabat, créée par le graphiste Sébastien Lordez. Un sommaire diversifié et de qualité, à commencer par un extrait du Journal de 1929 de John Cowper Powys (traduit par Jacqueline Peltier). L’auteur américain a alors 56 ans et pense abandonner ses épuisantes tournées de conférences, quitter Greenwich Village pour se retirer à une centaine de kilomètres au nord de New York et se consacrer à l’écriture. Les pages reproduites parlent de son installation à la campagne et de la découverte de la nature. Suivent des contributions d’auteurs connus, dont Jean-Michel Maulpoix, Yves Leclair, Denis Grozdanovitch, Gil Jouanard, Jacques Jouet. Stéphane Beau ferme la marche avec ses "apories".

 

Patchwork, numéro 0, Juin 2013. 7 €.

Pour renseignements et commandes, écrire à revuepatchwork@free.fr

 

mardi, 18 juin 2013

Passage d'encres II, 2

passage d'encres,christiane tricoitDeuxième numéro de la série II de la revue d’art et de littérature Passage d’encres, dirigée par Christiane Tricoit depuis de nombreuses années, cette récente livraison, intitulée D’insolites jardins, séduit par sa mise en page, son format original, ses illustrations, la qualité de ses textes. Sur le jardin, thème de ce numéro, se succèdent des variations en vers ou en prose de nombreux auteurs, notamment Gérard Prémel, Philippe Jaffeux, Claude Maillard (le jardin Z de la Relige, un beau texte magnifiquement mis en page et illustré), Guillaume Decourt, Yves Boudier, Daniel Pozner, Sylvie Reymond-Lépine, Christiane Tricoit. Philippe Clerc nous livre des extraits de OX. La dominante de Passage d’encres : une poésie moderne et de recherche mais constamment lisible.

Ce numéro contient aussi un dossier abondamment illustré : « Le regard de Simone Prouvé ». Simone Prouvé fait des photos parallèlement au tissage (création de tissus d’ameublement et de tapisseries) depuis l'âge de 20 ans. Elle photographie avec son Leica des lieux insolites – usines désaffectées, arbres morts, jardins ouvriers, cabanes, hangars, tôles, épouvantails… pour en faire des compositions aux allures de tableaux abstraits.

Signalons que la revue prolonge son activité par une maison d’édition, proposant de petits recueils dans sa collection Trait court. On peut y lire Andoche Praudel, Philippe Clerc, Hubert Lucot, Michelle Labbé…

Passage d’encres, Moulin de Quilio, 56310 Guern. 20 €. Abonnement 40 €.

www.inks-passagedencres.fr