Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 juillet 2009

Revue de détail n° 18

(Cette chronique est parue dans Le Magazine des Livres n° 17)

IN-FUSION n° 3

Dirigée par Nicolas Cotten et Hechmi Harbaoui, In-fusion est une revue culturelle à vocation littéraire, paraissant trois fois par an. Elle a d'emblée deux atouts : son format 15 x 19 original et pratique, et son mélange des genres, puisqu'elle s'intéresse aux écrivains, poètes comme prosateurs, mais aussi à la chanson, au dessin, au cinéma, au théâtre.

Dans une présentation simple et élégante, elle consacre ce numéro au thème du voyage et aurait pu s'intituler « le tour du monde en 132 pages ». L'édito donne le ton : « La seule évocation de ce mot (voyage) qui fait tant rêver nous ramène à nos origines, autrement dit, aux temps où nous étions tous « des gens du voyage », tous des nomades. La vie elle-même, me semble-t-il, peut être considérée comme un voyage. » La pièce de choix de cet ensemble est un « Journal de Babo » livré par le comédien-écrivain Bernard Giraudeau, un voyage initiatique très émouvant. Des collaborateurs connus (David Abiker, Jérôme Attal, Philippe de Boissy...) côtoient de nouvelles plumes. Enfin, chose rare dans une revue culturelle, un courrier des lecteurs permet un dialogue avec le public. On souhaiterait juste davantage d'audace dans le choix des sujets, car l'éloge du voyage, de la banlieue, de l'écologie, n'est-ce pas trop « politiquement correct » par les temps qui courent ?

In-fusion, 20 rue Pierre Boudou, 92600 Asnières sur Seine. 132 pages. 12 €.

www.in-fusion.org

 

mercredi, 01 juillet 2009

Revues littéraires : table

Depuis son ouverture, le blog L'Annexe a publié, dans sa Catégorie Revues littéraires de nombreux articles sur les périodiques de création littéraire, constituant au fil des mois une base de ressources consacrée aux revues.

(pour que tout apparaisse, choisir au bas de la page « Toutes les notes »)

 

 

Ont été chroniquées les revues suivantes :

 

Amer, revue finissante n° 2

L'Anacoluthe n° 12

Archipel n° 25

L'Atelier du Roman n° 45, 55

La Barbacane n° 85/86

Brèves n° 76, 77

Le Canard en plastic n° 2, 3

Carbone n° 1 et 2

Casse

Codex Atlanticus n° 16

Comme en Poésie n° 35

Contrelittérature n° 19

Europe n° 921-922, 923

La Faute à Rousseau, n° 40, 42, 48

Fiction n° 2

Le Grognard n° 1, 5, 7, 8

Harfang n° 31

Hauteurs n° 17, 18

Iciélà n° 3

Il Particolare n° 15 & 16

impur n° 1

Inculte n° 9

Le Jeté du matin n° 9

Le Journal de la Culture n° 16

Le Journal des Lointains n° 2

Les Moments littéraires n° 15, 16, 20

La Petite Revue de l'Indiscipline n° 165

Mercure n° 1 & 2/3

Mercure Liquide n° 4

Passage d'encres n° 26

Poésie Première n° 33, 39

La Presse Littéraire

Salmigondis n° 21

Sarrazine n° 8 bis

Siècle 21 n° 13

La Soeur de l'ange n° 3, 4

Supérieur Inconnu n° 2

Tissage n° 4

Tsimtsoûm n° 1

Voix d'encre n° 34

 

Entretiens avec les responsables des revues :

Nouvelle Donne (Christian Cougiu)

La Nouvelle Tour de Feu (Michel Héroult)

Passage d'encres (Christiane Tricoit)

 

Divers :

ARPO

Brèves et la CPPAP

De la dangerosité de la fonction de critique

La protection du titre d'une revue

Publier en revues au Québec

 

lundi, 18 mai 2009

Revue de détail n° 17

(Cette chronique est parue dans le magazine des livres n° 16.)


LE GROGNARD n° 8

 

grognard8.jpgLe Grognard a pour lui deux atouts : son nom qui annonce la couleur et son bel aspect (papier bouffant, couverture sur Centaure Ivoire 250 g et lettrines à l’imitation de certaines revues prestigieuses du 19e siècle). S’ouvrant sur une nouvelle habile et bien écrite d’Alain Nadaud, il présente, fidèle à son objectif de redécouvrir des auteurs un peu oubliés des deux siècles précédents, Benjamin Fondane. L’œuvre de Fondane (1898-1944) n’est pas très connue en France, si on la compare à d’autres penseurs d’origine roumaine, comme Emil Cioran. Un entretien avec Olivier Salazar-Ferrer, qui lui a consacré un livre, permet de faire connaissance avec cet auteur : « C’est une œuvre d’insoumission. Partie d’une certaine fascination pour la forme poétique symboliste, pour la perfection formelle et ses enchantements, elle s’en sépare très tôt pour la briser, pour loger dans son autonomie formelle, mallarméenne, des dissonances, des accords faux et terriblement humains qui expriment plus complètement notre humanité que des accords parfaits. »

Au sommaire également, Stéphane Prat, Pascale Arguedas, Emile Faguet. Stéphane Beau nous distille une série de « Contingences » : « On a trop souvent tendance à mesurer la valeur d’un auteur au nombre des livres qu’il a écrits… J’ai la faiblesse de croire que la valeur d’un auteur devrait surtout se mesurer au nombre des livres qu’il a eu la sagesse de ne pas écrire. »

La revue est désormais diffusée par les éditions du Petit Pavé.

 

Le Grognard, 40 pages, 7 €. http://legrognard.hautetfort.com/

 

mercredi, 06 mai 2009

Le Magazine des Livres devient mensuel

couv-mdl16-hdef.jpg

A compter du numéro 16 (mai 2009), Le Magazine des Livres, animé par Joseph Vebret, devient mensuel.

 

mercredi, 11 mars 2009

La seconde vie de Texture

Les amateurs de revues littéraires et poétiques se souviennent de la revue Texture, créée et animée par Michel Baglin de 1980 à 1989. Elle vient de reprendre son envol sous la forme d'un site du même nom :

Texture, le blog de Michel Baglin


« Travaux d'approche sur des chemins d'encre », ce blog est riche de ressources sur la poésie, la nouvelle, le roman, la critique. Des dossiers et portraits nouveaux sont venus s'ajouter à ceux déjà mis en ligne :

Jean l'Anselme. A 90 ans passés, il est un des auteurs privilégiés de ce Printemps des poètes, la manifestation nationale dédiée cette année à l'humour avec pour mot d'ordre: « En rire(s) ». Ce sera donc la fête à L'Anselme, qui continue de ne pas se prendre au sérieux en se revendiquant « Con comme la Lune », titre de son dernier recueil paru chez Rougerie. L'occasion d'un petit tour sur les chemins de traverse de cet auteur iconoclaste, inspiré par l'Art brut et les gens ordinaires, poète sans dieu ni maître, burlesque et goguenard.

 

Georges-Emmanuel Clancier. Le grand public connaît Georges-Emmanuel Clancier notamment à travers sa suite romanesque du Pain noir adaptée pour la télévision. Mais le romancier et le critique ne sauraient faire oublier le poète, aujourd'hui âgé de 95 ans.



Georges Cathalo
Georges Cathalo vient de publier, chez Michel Cosem, à l'enseigne d'Encres vives, une plaquette intitulée « A l'envers des nuages » (« Il y a toujours mille soleils à l'envers des nuages », dit un proverbe indien, cité en exergue), après avoir donné, chez le même éditeur, « L'échappée », en 2006.

 

dimanche, 01 mars 2009

Revue de détail n° 16

(Ces chroniques sont parues dans Le magazine des livres n° 14.)

 

COMME EN POESIE n° 35

Jean-Pierre Lesieur ne se présente plus dans les milieux de la poésie. Militant littéraire de longue date, revuiste impénitent depuis plus de 35 ans, il a été co-fondateur du Puits de l’ermite, directeur de la revue Le Pilon, et finalement depuis 2000 homme à tout faire de Comme en poésie, revue de poésie sur papier et sur internet. Sa dernière entreprise trimestrielle privilégie le poème, mais est aussi ouverte à différentes formes d’écritures, de dessins, de photos, de chanson, de mail art, de petites annonces humoristiques, de contes, de nouvelles, etc. Lieu de discussion, d’échange et d’ouverture sur la poésie en train de se faire, elle n’oublie pas ce que nous devons aux poètes passés.

Réalisée à la maison avec une couverture en couleur, gardant un peu de l’aspect décontracté et sympathique des revues artisanales des années 70 et 80, elle séduit par son indépendance, sa régularité et sa volonté de diffuser de nouvelles voix et de les porter vers un public. Ce numéro 35 présente ainsi des textes de nombreux auteurs dont Mahic, Le Cam, L’Hostis, Argenté, Chinour et des dessins de Claudine Goux. Sans oublier des informations, des coups de cœur, des comptes-rendus de recueils ou d’autres revues. Et tout cela avec constance et sans lassitude, en gardant le goût de la découverte poétique et le sourire. Comme le dit notre homme-orchestre avec humour : « La revue est entièrement pensée, fabriquée, envoyée par Jean-Pierre Lesieur. Vous ne la trouverez nulle part autre que par abonnement. Ne la cherchez pas dans les librairies, ni dans les grandes surfaces. Si vous y voyez Lesieur ce n’est pas la revue c’est une bouteille d’huile. »

 

Comme en Poésie, 2149 avenue du Tour du lac, 40150 Hossegor. 56 pages, 3 €. Un an, 12 €. http://comme.en.poesie.over-blog.com/ 

 

 

SIECLE 21 n° 13

 

siecle21_n_13.jpgCette solide revue semestrielle ouvre son numéro 13 sur un dossier « Ecrivains contemporains de Berlin », préparé par Nicole Bary. « Aujourd’hui, c’est une véritable renaissance que connaît Berlin réunifiée, redevenue capitale, la ville sans doute la plus vivante et la plus porteuse d’avenir en Europe ». Cécile Wajsbrot, Alain Lance, Marica Bodrozic, parmi d’autres signatures, apportent leur contribution à ce panorama.

Après un Hors-cadre consacré à Carlo Bordini, écrivain et poète italien, un dernier dossier a pour thème le train. Des écrivains du monde entier nous emmènent sur les chemins de fer d’Inde, de France, de Bulgarie, de Pologne, de Croatie, d’Afrique ou du rêve. Poèmes, nouvelles, souvenirs... on vérifie une fois de plus que le train est un thème éminemment littéraire.

 

Siècle 21, 2 rue Emile Deutsch de la Meurthe, 75014 Paris. 192 pages, 17 €. http://siecle21.typepad.fr/

 

 

samedi, 17 janvier 2009

Revue de détail n° 15

(Cette chronique est parue dans Le magazine des livres n° 13.)

 

atellierroman55.jpgL’ATELIER DU ROMAN n° 55

Bien installée dans le paysage revuistique, co-éditée par Flammarion et le canadien Boréal, la belle et copieuse revue trimestrielle dirigée par Lakis Proguidis poursuit sa réflexion sur l’art du roman et ses rapports au monde. Ce numéro 55 est un spécial Chesterton (1874-1936), choix justifié dans l’ouverture : « Ce n’est pas seulement pour rendre hommage à « l’un des premiers écrivains de notre temps », selon les termes de Borges, que L’Atelier du roman propose de revenir à Chesterton. C’est pour son actualité : nul auteur du XXe siècle n’a autant que lui scruté le gouffre béant creusé dans chaque âme par l’idéologie du progrès. Gouffre d’où jaillit, nous le constatons chaque jour davantage, soit l’homme soumis aux lubies inhumaines de la science, soit le soldat vengeur et destructeur au nom de son Dieu. » Le dossier comprend entre autres des articles de Gilles Marcotte, Jean-Pierre Ohl, Marie-Andrée Lamontagne, Jarl Faidit, Lambros Kampéridis, Stephen R.L. Clark, Olivier Maillart.

Dans A la une, texte qui ouvre la publication, Benoît Duteurtre livre un regard critique et distancié sur l’actualité, et notamment sur les travers de la SNCF, dénonçant « la dérèglementation accélérée des tarifs, devenus incompréhensibles, sauf dans la loterie permanente où l’on peut gagner, sur Internet, des billets moins chers, aux jours et heures fixés par la compagnie. ». Une section « Les Cahiers de l’Atelier » donne un espace à d’autres voix : Georges Saint-Clair, Nunzio Casalaspro, Andrea Inglese. Enfin, comme à chaque numéro, les fins et subtils dessins de Sempé ponctuent les études et en disent autant, sinon plus, que les mots.

 

L’Atelier du roman, Flammarion, 87 quai Panhard et Levassor, 75647 Paris Cedex 13. 224 pages, 15 €.