Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 janvier 2015

Lecture chez Verso

lectureVerso.jpg

mercredi, 10 décembre 2014

Le Mouton noir (critiques)

Une nouvelle critique (signée Christophe Stolowicki) vient de paraître sur "Le Mouton noir" dans le Cahier critique de poésie.

Une précédente critique dans Salon littéraire, par Jean-Paul Gavard-Perret.

Un article de Jean-Pierre Longre sur son blog Notes et chroniques.

Une note de Frédérick Houdaer sur son blog Branloire pérenne.

Une note sur ce recueil, à la fin de mon entretien sur Le monde en nous.

 

le mouton noir,jean jacques nuel,passage d'encres,ccp

 

Descriptif du recueil "Le Mouton noir"

 

lundi, 24 novembre 2014

Salon d'Ozoir-la-Ferrière

Samedi 29 novembre, je suis invité au salon d'Ozoir-la-Ferrière en ma double qualité d'auteur et d'éditeur (Le Pont du Change).

 

Affiche recto salon 2014.jpg

Affiche verso salon 2014.jpg

 

jeudi, 30 octobre 2014

Lecture à Lyon

lectureMandon2014*.jpg

jeudi, 09 octobre 2014

Le monde en nous

Le site culturel Le monde en nous, tenu par les talentueuses Marie et Céline, me consacre une "rencontre" et un entretien où j'évoque ma double activité d'auteur et d'éditeur.

mardi, 02 septembre 2014

Lectures & rencontres 2014

Avant la fin de l’année, je lirai des extraits de mes recueils publiés ou des textes inédits à plusieurs occasions :

- le 13 septembre à 20 h 30, à l’invitation de Hervé Bougel et de l’association Effervescence, à Civrieux d’Azergues (Rhône) ;

- le 8 octobre à 19 heures, dans le cadre des lectures parisiennes de la revue Verso, à la librairie La lucarne des écrivains, 115 rue de l’Ourcq, 75019 Paris ;

- le 13 novembre à 19 heures, en compagnie de Roland Tixier, à la galerie Jean-Louis Mandon, 3 rue Vaubecour, 69002 Lyon.

lectures,association effervescence,galerie jean louis mandon,la lucarne des ecrivains

jeudi, 14 août 2014

Les moments littéraires n° 32

les moments littéraires,cécile reimsDeux fois par an, la revue Les moments littéraires dirigée par Gilbert Moreau nous propose un dossier sur l’écriture intime. Le dernier numéro est consacré à Cécile Reims, artiste (graveur) et auteur au parcours atypique, née en 1927 à Paris de parents d’origine lituanienne. À la mort de sa mère, quelques semaines après sa naissance, son père décide de la confier aux grands parents maternels qui vivent en Lituanie. Une enfance merveilleuse et magique avant le retour à six ans à Paris auprès de son père. Juive, elle voit sa famille anéantie pendant la dictature nazie. Après la Libération, elle part en Israël pendant 18 mois, avant de revenir en France pour raisons de santé. En 1951 elle rencontre Fred Deux, dessinateur et écrivain (Les moments littéraires lui ont consacré le numéro 22), qu’elle épouse en 1956. Elle se met à la gravure avec Joseph Hecht, puis commence le tissage, entre autres pour des raisons alimentaires ; elle y rencontre un grand succès, travaillant notamment pour Dior. Puis elle abandonne cet artisanat pour revenir à la gravure, dans l’anonymat, en gravant les dessins de Hans Bellmer (travail bien rémunéré mais « clandestin », toujours signé par Bellmer, notamment pour des raisons de cote de l’artiste). Enfin, travaillant avec Fred Deux, ou seule, elle peut enfin affirmer son originalité au burin et à la pointe sèche, entre une gravure personnelle et la gravure d’interprétation.

L’écriture est venue tardivement, elle choisit l’autobiographie plutôt que la fiction car, dit-elle, « je n’ai aucun imaginaire et mon esprit n’est pas poétique ». Après L'Épure, édité en 1962, elle publie Bagages perdus (1986), Plus tard (2002), Peut-être (2010) et cette année, Tout ça n'a pas d'importance.

Le dossier s’ouvre par un portrait signé Pierre Wat, se poursuit par un long et passionnant entretien avec Gilbert Moreau. Suit un texte de Cécile Reims, « La ligne d’horizon », où l’on retrouve les thèmes du procès et de l’identité.

Signalons par ailleurs dans cette livraison des extraits du journal d’André Bay, « Vieillir, mourir », que l’auteur a tenu en 1996, l’année de ses 80 ans. Il évoque les atteintes de l’âge et l’approche de la mort, sans rien dissimuler de ses misères, mais en gardant lucidité et combattivité. « Il ne faudrait pas que penser à la mort m’empêche de vivre. »

 

Les moments littéraires n° 32. BP 30175, 92186 ANTONY Cedex. 12 €.

http://pagesperso-orange.fr/lml.info/